Passer au contenu principal

Les femmes en politique en Valais«Les femmes doivent employer des codes d’hommes»

Pour éviter que les femmes ne désertent davantage la politique valaisanne, la résistance s’organise dans les sections.

Première conseillère d'Etat du canton du Valais, la socialiste Esther Waeber-Kalbermatten sait la difficulté d’être une politicienne dans le Vieux-Pays .
Première conseillère d'Etat du canton du Valais, la socialiste Esther Waeber-Kalbermatten sait la difficulté d’être une politicienne dans le Vieux-Pays .
Keystone

«Élue ou non, on ne prépare pas l’avenir politique des femmes. Il n’y a pas d’anticipation», regrette Chantal Voeffray-Barras, présidente de Solidarité Femmes Valais. Les exemples du passé le montrent. Novices ou expérimentées, les politiciennes ont énormément de mal à se faire une place sur les listes pour l’exécutif cantonal. Dans les primaires internes, fréquents sont les exemples où on se raccroche à une figure classique et masculine. Les candidatures féminines, aussi talentueuses soient-elles, ne franchissent pas ce seuil. Certaines, comme Cilette Cretton en 2001, tentent de forcer le passage en s’affranchissant des étiquettes de parti.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.