Passer au contenu principal

Conflit social à YverdonLes fronts se durcissent à Leclanché Capacitors

Après neuf jours de grève, les négociations entre les salariés et le propriétaire français de l’entreprise nord-vaudoise sont au point mort. Un «médiateur» est attendu.

Lundi soir, le nouveau directeur Laurent Dousselin est sorti de ses bureaux pour répondre aux manifestants.
Lundi soir, le nouveau directeur Laurent Dousselin est sorti de ses bureaux pour répondre aux manifestants.
CHRISTIAN BRUN

La gauche yverdonnoise soutient la douzaine de grévistes de Leclanché Capacitors. Dans un communiqué commun, le Parti socialiste, les Vert-e-s, le Parti ouvrier populaire et Solidarité & Ecologie affirment rejoindre les salariés et le syndicat Unia dans «une lutte légitime et nécessaire» qui dure depuis neuf jours. Lundi soir, près de 70 personnes ont martelé le même discours devant l’entreprise. Pour mémoire, le propriétaire, le groupe français Mersen, souhaite en effet délocaliser l’activité de la société yverdonnoise dans le nord de l’Allemagne. Condamnant de fait 17 emplois.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.