Passer au contenu principal

Église catholiqueLes gays attendent d’exister chez les cathos vaudois

Alors que le pape affirme son soutien aux unions civiles, l’Église du canton fait ses tout premiers pas en matière d’accueil des homosexuels.

Responsable de la pastorale des familles au sein de l’Église catholique du canton de Vaud, Monique Dorsaz est aux avant-postes dans la réflexion sur l’accueil des homosexuels, avec Philippe Becquart, théologien et responsable de la section Adultes de l’Église vaudoise.
Responsable de la pastorale des familles au sein de l’Église catholique du canton de Vaud, Monique Dorsaz est aux avant-postes dans la réflexion sur l’accueil des homosexuels, avec Philippe Becquart, théologien et responsable de la section Adultes de l’Église vaudoise.
Odile Meylan

«Qui suis-je pour juger?» Les mots du pape François sur l’homosexualité en 2013 avaient fait l’effet d’une bombe. La semaine dernière, il a marqué une nouvelle ouverture en soutenant publiquement l’union civile des couples gays. C’était en images, dans un documentaire présenté dans le cadre du Festival international du film de Rome. Parmi les catholiques vaudois, les premiers concernés ont le sourire, mais un sourire mesuré.

«C’est un jalon important et au moins il y a déjà débat. Mais j’entends déjà certains dire qu’en soutenant les unions civiles le pape ne fait que museler l’idée du mariage pour les homosexuels.» Samuel* est l’un des trois catholiques vaudois que nous avons appelés à réagir, mais aussi à témoigner de l’accueil qu’ils reçoivent en tant qu’homosexuels dans l’Église, qu’ils y travaillent ou qu’ils soient simples pratiquants (voir encadrés). Par pudeur sur leur vie personnelle, ils ont préféré rester anonymes, même si la peur de l’ostracisme ne semble plus d’actualité. En revanche, alors que le pape égrène les prises de position, ils décrivent une Église qui, en terres vaudoises, commence tout juste à accepter leur existence et à leur parler.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.