Passer au contenu principal

Petr Svoboda en interview«Les gens qui prennent un risque, c'est nous»

Petr Svoboda comprend la méfiance qui entoure l’arrivée de propriétaires étrangers au LHC. Mais il n’oublie pas de rappeler qu’avant cette reprise le club était en grande difficulté.

Petr Svoboda, comment avez-vous atterri à Lausanne?

En septembre dernier, j’ai entendu dire qu’il se tramait quelque chose ici. J’étais déjà venu rendre visite plusieurs fois à l’un de mes partenaires, Zdenek Bakala. Lorsque nous avons su que le LHC était à vendre, nous avons contacté Sacha (ndlr: Weibel, CEO du club vaudois) et les discussions ont commencé. Nous avons réalisé qu’il y avait un certain potentiel et tout s’est très vite enchaîné. Nous avons rencontré Gregory(ndlr: Finger, déjà membre du Club du Président) et avons vu chez lui une passion incroyable. Nous nous sommes rapidement rapprochés, jusqu’à nous lancer ensemble.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.