Passer au contenu principal

Surcharge du système de santéLes hôpitaux craignent une troisième vague à Noël

Dans une lettre à Alain Berset, les cinq hôpitaux universitaires du pays demandent des mesures plus fermes. Le directeur de celui de Zurich appelle à un confinement général.

Selon les hôpitaux universitaires suisses, la situation est encore critique et les mesures annoncées ne suffiront pas.
Selon les hôpitaux universitaires suisses, la situation est encore critique et les mesures annoncées ne suffiront pas.
Keystone

C’est à la fois un cri d’alarme et de désespoir. Dans les colonnes de la «NZZ am Sonntag» et de la «SonntagsZeitung», les représentants des cinq hôpitaux universitaires du pays et des médecins-chefs disent leur très grande inquiétude.

Pour Gregor Zünd, directeur de l’hôpital universitaire de Zurich, il n’y a qu’une seule option: «Nous avons besoin dun confinement à léchelle nationale. Nous n’éviterons pas cela. Je ne comprends pas que le Conseil fédéral nimpose pas la situation extraordinaire. Que faut-il de plus?» Pour lui, de mi-décembre à mi-janvier, la vie publique devrait être réduite à son strict minimum afin de maîtriser le nombre de cas. En dautres termes: les magasins, restaurants, musées et installations sportives devraient être complètement fermés. Et le ski devrait également être interdit.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.