Passer au contenu principal

Conjoncture économiqueLes industriels vaudois veulent croire à la relance des affaires

Malgré la chute des commandes, les exportateurs reprennent espoir. Des difficultés logistiques les freinent çà et là.

Marqués par les incertitudes liées à la crise sanitaire mondiale, les industriels vaudois ne sont pas sortis du tunnel. Mais une majorité perçoit une lueur d’espoir pour leurs affaires ces prochains mois. C’est ce qui ressort de la dernière enquête conjoncturelle de la Commission Conjoncture vaudoise sur le secteur de l’industrie. La chute des commandes semble avoir atteint le seuil alors que les grands obstacles logistiques et de circulation rencontrés en période de strict confinement ont été en grande partie levés, même si, d’un marché à l’autre, des cas particuliers sont signalés.

Parmi la centaine d’entreprises industrielles qui ont répondu au sondage, publié récemment mais réalisé en juillet, 60% ont jugé leurs carnets de commandes étrangères insuffisamment remplis en raison d’une chute générale de la demande. Cette fracture a pour conséquence une baisse spectaculaire du taux d’utilisation moyenne des capacités de production à «un record historiquement bas de 71%», selon la Commission Conjoncture.

Machines-outils très touchées

Les chiffres dans l’industrie des machines, des équipements électriques et des métaux, publiés il y a peu par Swissmem, vont dans le même sens, indiquant une chute de près de 20% des entrées de commandes des entreprises suisses au second trimestre 2020 par comparaison à la même période de 2019. La baisse est d’un peu plus de 10% sur tout premier semestre. Les exportations suisses de cette industrie ont baissé de 16,4% au 1er semestre (29 milliards de francs), surtout vers l’UE (–18,5%). Les seules machines-outils plongent de 34,2%.

Mais l’association de l’industrie MEM rappelle que la chute des entrées de commandes a commencé bien avant le Covid. Depuis 2018, elle enregistre des chiffres négatifs depuis huit trimestres consécutifs. Le tableau est identique pour les industriels vaudois, excepté un rebond fin 2019. Toutefois, le sondage de juillet montre que «près de la moitié envisage une amélioration de leurs affaires à six mois, tandis qu’ils sont trois fois moins nombreux (14%) à redouter une dégradation».

Les camions roulent en Europe

À l’échelle suisse, dans l’industrie MEM, la confiance s’est améliorée, mais seuls 22% prévoient une hausse des commandes de l’étranger dans les douze mois à venir. Au moins, ces entreprises n’ont pas de gros soucis en termes de logistique, même dans le fret aérien et maritime. Par camions, les livraisons de marchandises et machines sont assurées, surtout sur le principal marché des exportateurs suisses, l’Europe élargie.

Les situations sont cependant très variables, selon Philippe Cordonier, responsable Suisse romande de Swissmem. Les principaux problèmes actuellement tiennent aux restrictions de voyage. Si le client ne peut pas venir contrôler la conformité du produit en Suisse avant la livraison, ou si le monteur ne peut pas voyager pour faire valider la mise en route d’une machine sur place, les effets peuvent être importants. Le chiffre d’affaires sera pénalisé par le report du paiement.