Passer au contenu principal

Tensions en IrlandeLes jeunes unionistes embrasent Belfast

Depuis six jours, jeunes républicains et unionistes s’affrontent. Une violence née de la frustration grandissante des milieux unionistes radicaux.

Dans certains quartiers de Belfast, la police a dû fermer des routes pour empêcher des bagarres entre protestants et catholiques.
Dans certains quartiers de Belfast, la police a dû fermer des routes pour empêcher des bagarres entre protestants et catholiques.
KEYSTONE

Les télévisions britanniques et les réseaux sociaux ont montré jeudi en boucle les vidéos et les photos d’un bus attaqué à coups de cocktails Molotov par des jeunes encagoulés. Puis de véhicules policiers caillassés une fois la nuit tombée, au son des sirènes. Ces images rappellent les trente ans de combat qui ont meurtri l’Irlande du Nord entre la fin des années 60 et les accords de paix du 10 avril 1998, dits du Vendredi-Saint.

«Ce qui s’est passé la nuit dernière a atteint un niveau plus vu à Belfast au cours de ces récentes années, et même plus loin», a assuré jeudi l’un des responsables de la police nord-irlandaise, Jonathan Roberts. Ces six derniers jours ont vu une montée progressive de la violence, qui a entraîné des blessures superficielles chez 55 policiers. Si bien que le premier ministre britannique, Boris Johnson, est intervenu mercredi soir en se disant «profondément préoccupé» et rappelant que «le moyen de résoudre les différends passe par le dialogue et non par la violence ou la criminalité». Son ministre chargé de l’Irlande du Nord s’est rendu en catastrophe dans la province jeudi.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.