Passer au contenu principal

Mesures de protectionLes masques transparents de l’EPFL intéressent le monde entier

Il stoppe les virus mais pas les expressions du visage. Le modèle mis au point à l’EPFL, d’abord prévu pour les soignants, sera commercialisé pour le grand public.

Thierry Pelet (à g.), chef du projet HelloMask, et Klaus Schönenberger, directeur de l’EssentialTech Centre de l’EPFL.
Thierry Pelet (à g.), chef du projet HelloMask, et Klaus Schönenberger, directeur de l’EssentialTech Centre de l’EPFL.
Alain Herzog

Et si la réticence à porter un masque tenait – aussi – au fait que l’on ne voit pas le visage? Il a fallu que le Conseil fédéral l’impose dans les transports publics pour que tout le monde se plie à cette discipline, alors même qu’un sondage Comparis indiquait que 73% des Suisses y étaient favorables… sans pour autant passer à l’acte.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.