Passer au contenu principal

À une semaine de son départLes milieux d’affaires lâchent Donald Trump

Deutsche Bank, AT&T, Google… tous coupent les fonds au magnat et à ses soutiens. Par crainte de la guerre judiciaire de l’impeachment.

Le président Trump traversant la pelouse de la Maison-Blanche pour embarquer à bord de Marine One en direction du Texas, ce 12 janvier.
Le président Trump traversant la pelouse de la Maison-Blanche pour embarquer à bord de Marine One en direction du Texas, ce 12 janvier.
AFP

Depuis le début de la semaine, les vestes se retournent, de concert. Après les événements du Capitole, le monde des affaires américain se précipite pour lâcher Donald Trump, tout comme les parlementaires layant soutenu jusquau bout au sein du camp républicain. Dès lundi, le «New York Times» annonçait la perte de l’un de ses principaux appuis financiers par celui qui va vraisemblablement retrouver la tête de la Trump Organization – la Deutsche Bank, à laquelle il doit rembourser plus de 300 millions de dollars dici à 2024.

Même la petite banque liée au clan – létablissement new-yorkais Signature, dont sa fille Ivanka a été administratrice – a fait savoir quelle fermait les comptes personnels du bientôt ex-président, sur lesquels sont déposés un peu plus de 5 millions. Mercredi cétait au tour de Bill de Blasio, le maire de sa ville, New York, de mettre un terme à tous les contrats avec la Trump Organization. La raison est la même que celle mise en avant par les banques, les multinationales, ou la Professional Golfers’ Association: «inciter à linsurrection est criminel», a mitraillé Bill de Blasio sur la chaîne MSNBC.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.