Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Crise sanitaire et précaritéLes «oubliées» du Covid sont souvent des femmes étrangères

Mirian Santana, 37 ans, est d’origine brésilienne. Elle est femme de ménage à Genève et a souffert pendant la crise sanitaire.

«Pour les femmes de ménage, c’est particulier, les dégâts ont été terribles. Mes patrons étaient en confinement à la maison. Ils n’avaient plus besoin de nous.»

Mirian Santana, femme de ménage à Genève

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

S'abonnerSe connecter