Passer au contenu principal

Vidéos durant les interventionsLes policiers vaudois utiliseront de plus en plus de minicaméras

Après un test à la gendarmerie et à Lausanne, l’idée est d’étendre le port des «bodycams». Selon les policiers, elles permettent de désamorcer des situations critiques.

Les policiers vaudois ne sont pas les premiers à porter des «bodycams». Le premier essai a été réalisé à Zurich (photo).
Les policiers vaudois ne sont pas les premiers à porter des «bodycams». Le premier essai a été réalisé à Zurich (photo).
Keystone

Des tensions qui retombent plus rapidement, des policiers rassurés, des images à disposition de la justice, des personnes au comportement difficile qui se calment plus facilement, etc. À en croire le Conseil cantonal de sécurité, les «bodycams» n’ont que des avantages et amènent notamment à une «désescalade» quand les esprits s’échauffent. Les bodycams, ce sont de petites caméras que seize policiers et gendarmes portent parfois sur eux depuis 2019, avec un badge «Video», sur le modèle de ce qui se passe déjà à Zurich.

Résultat: après le projet pilote au sein de la police cantonale et de la police de Lausanne, cette technologie s’étendra aux autres polices vaudoises, comme l’a annoncé mardi le Conseil cantonal de sécurité. Il n’y a pas de calendrier pour l’instant.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.