Passer au contenu principal

Elections communalesLes pro-fusion à l’attaque du Conseil communal de Veytaux

Sous la bannière «Veytaux son avenir», des candidats (dont trois ex-municipaux) veulent faire du mariage avec Montreux la priorité absolue de la législature.

Nouvelle liste électorale à Veytaux
Nouvelle liste électorale à Veytaux
24HEURES/Chantal Dervey

Surprise à Veytaux: à côté de la traditionnelle liste d’Entente, une 2e liste de candidats est apparue pour remplir les 35 sièges du Conseil communal. Sous la bannière «Veytaux son avenir», pas moins de 33 candidats, parmi lesquels trois ex-municipaux: Jean-François Petignat, Guy Taroni et Jean-Marc Emery.

Ce dernier avait souhaité que l’impulsion pour une fusion avec Montreux émane de la Municipalité. Ne la voyant pas venir, il avait avec d’autres (mais dans le dos de ses collègues de l’Exécutif) lancé une initiative communale sur la question. Puis avait démissionné de la Municipalité peu avant le scrutin, où il avait pourtant remporté une très large victoire: 213 voix contre 83, soit plus de 70% des votants.

«L’affaire aurait dû être classée fin 2019»

Depuis ce résultat de novembre 2018, ces ex-municipaux estiment que l’Exécutif traîne les pieds: «On serait en droit d’avoir déjà un projet de convention de fusion avec Montreux», estime Jean-Marc Emery. «On nous sert l’excuse du Covid, mais il n’a rien à voir là-dedans: l’affaire aurait dû être classée fin 2019», appuie Jean-François Petignat.

La syndique Christine Chevalley répond: «Après la votation, nous avons trouvé un mandataire pour nous accompagner puis rédigé le préavis pour engager les crédits, qui a été voté par le Conseil. Nous voulions consulter les citoyens, y compris des villages de Montreux. Mais les cafés participatifs prévus en mai ont été repoussés en octobre puis encore repoussés. Cela nous a contraints à élaborer un projet de convention, qui sera ensuite discuté avec la population dès que la situation le permettra. Il n’y a pas d’urgence, puisque le Canton nous avait communiqué que ce serait de toute façon trop tard pour les élections 2021.»

Une fusion urgente

Pour les candidats de «Veytaux son avenir», il est urgent de fusionner surtout pour des questions financières. «Après avoir vendu des terrains, il n’y a plus rien pour compenser le manque dans les comptes. Résultat: le petit bus qui transportait les personnes âgées le vendredi pour aller faire leurs courses a été supprimé par le Conseil! Cela commence à faire pingre», se lamente Guy Taroni.

Président du Conseil qui fera campagne sur la liste d’Entente, Pascal Ruch précise: «Les candidats de notre liste ne sont pas forcément contre l’idée d’une fusion! Il y a aussi beaucoup d’indécis qui attendent juste les éléments concrets pour se faire une idée.»

Six candidats pour la Muni

Côté Municipalité, les cinq sortants se représentent (Philippe Andler, Christine Chevalley, Arnaud Rey Lescure, Igor Rinaldi et Ludovic Sherif). Mais aussi un 6e candidat: Jean-François Pilet, actuel conseiller communal qui dirige le projet de géothermie de Lavey-les-Bains.

2 commentaires
    Jean57

    Une hausse d'impôt suffit pour équilibrer les charges et permet d'assumer ses choix de façon autonome et responsable. Restons indépendants !