Passer au contenu principal

Fermeture des établissements publicsLes restaurants ont moins de stocks à jeter qu’au printemps

Une fondation propose de reprendre les surplus. Des patrons vendent à l’emporter ou ont évité de faire des réserves.

Prudents, les restaurateurs se sont mieux préparés à la fermeture forcée. (Image d’illustration)
Prudents, les restaurateurs se sont mieux préparés à la fermeture forcée. (Image d’illustration)
TDG/Lucien Fortunati

«Nous lançons un appel à tous les restaurateurs genevois: ne jetez pas vos stocks, contactez-nous et nous nous organiserons pour les distribuer aux plus démunis!» Cet appel posté sur les réseaux sociaux émane de la Fondazione Mater, organe à but non lucratif basé à Genève. Celle-ci offre notamment des repas cuisinés par des chefs bénévoles, et aux ingrédients en partie financés par un mécène, à des lieux accueillant les personnes précarisées. La fermeture forcée des établissements ayant été annoncée dimanche pour le lendemain à 19 h, on pouvait s’attendre à ce que des restaurateurs se retrouvent avec des stocks sur les bras. Pourtant, Walter el Nagar, chef et fondateur de Mater, ne croule pas sous les demandes de récolte.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.