Passer au contenu principal

Crise sanitaireLes restaurateurs neuchâtelois crient leur colère

Samedi à Neuchâtel, les restaurateurs ont manifesté pour exprimer leur colère, face à la potentielle prolongation de la fermeture des établissements publics jusqu’à fin février.

Le rassemblement, de 500 à 600 personnes, s'est déroulé dans le calme.
Le rassemblement, de 500 à 600 personnes, s'est déroulé dans le calme.
KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
Les manifestants, qui devaient être masqués, avaient obtenu l'autorisation de la police pour se rassembler sur la Place Pury.
Les manifestants, qui devaient être masqués, avaient obtenu l'autorisation de la police pour se rassembler sur la Place Pury.
KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI
1 / 3

Les manifestants, qui devaient être masqués, avaient obtenu l’autorisation de la police pour se rassembler sur la Place Pury, a expliqué l’organisateur. Le rassemblement, de 500 à 600 personnes, s’est déroulé dans le calme et sans excès. Des représentants des partis politiques et des milieux culturels et sportifs sont venus soutenir les restaurateurs, a précisé M. Tschanz.

Groupe Facebook

Un groupe Facebook, nommé «Restaurateurs neuchâtelois en colère» avait invité les détenteurs d’établissements publics, leur public mais aussi les propriétaires de PME à manifester pour faire part de «leur ire à l’encontre de la gestion de la crise sanitaire par les autorités».

Selon Laurent Tschanz, restaurateur et organisateur de la manifestation, les restaurants sont ciblés comme une source des infections au Covid-19, parce qu’ils sont «la seule industrie tenue de fournir une traçabilité des contacts. Une personne atteinte aurait pu se contaminer n’importe où, dans un supermarché par exemple, et c’est le restaurant qui a pris les informations détaillées qui sera contraint de fermer et jugé responsable de l’infection».

Comme dans les autres cantons romands, les restaurateurs neuchâtelois vivent leur troisième période de fermeture, après une courte réouverture d’un peu plus de deux semaines en décembre.

ATS