Passer au contenu principal

Histoire d’ici – 1992Les Romands ne mangeront plus de têtes de nègre

Les friandises bien connues s’appellent désormais têtes au choco.

Un présentoir à têtes de nègre tel qu’on pouvait en voir jusqu’en 1992.
Un présentoir à têtes de nègre tel qu’on pouvait en voir jusqu’en 1992.
DR

La direction de Café et Chocolats Villars, à Fribourg, avait imaginé qu’elle pourrait faire ça en douce, ni vu ni connu. En 1992, subrepticement, sur les étals romands ses célèbres têtes de nègre deviennent des têtes au choco, en dépit des arguments de vendeurs plus attentifs à l’aspect traditionnel de la délicatesse crémeuse qu’à son appellation. Bien entendu, des consommateurs friands de cette pâtisserie, lissant bien comme il faut après consommation la feuille de papier d’alu jaune et noire emballant la chose, s’aperçoivent du changement et s’en émeuvent. «Sacrilège!» Dame, on ne touche pas impunément à une tradition aussi fondante, dont le goût et l’onctuosité ont charmé les papilles de générations d’enfants – et d’adultes...

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.