Passer au contenu principal

Amendes Covid-19Les sanctions tombent sur les organisateurs de fêtes sauvages

Un Genevois qui avait mis sur pied une rave party de 100 participants, en juillet 2020 dans les hauts de Blonay, a été amendé par un procureur. D’autres affaires sont en cours.

Les restrictions liées au coronavirus poussent à l’organisation de rave parties et de fêtes sauvages qui sont sanctionnées par la justice (image d’illustration)
Les restrictions liées au coronavirus poussent à l’organisation de rave parties et de fêtes sauvages qui sont sanctionnées par la justice (image d’illustration)
KEYSTONE

Les interventions policières contre les fêtes illicites enflamment les réseaux sociaux. Le ras-le-bol contre les restrictions liées au Covid-19 s’exprime, vivement combattu par les défenseurs de la sécurité sanitaire. Dans ce contexte tendu, avivé par la fermeture d’une rave party de Nouvel-An qui a réuni 200 à 300 fêtards dans une halle désaffectée à Villeneuve, la justice commence à rendre des sanctions.

Amende de 1000 fr.

Le Ministère public de l’Est vaudois a ainsi condamné un organisateur, venu de la région genevoise, d’une fête qui s’est déroulée le 26 juillet 2020 dans les hauts de Blonay, au chalet-refuge des Pautex, propriété de la commune. L’ordonnance pénale décrit «une rave party à laquelle ont participé, tout au moins, une centaine de personnes et ce, en dépit de l’interdiction sanitaire en cours».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.