Passer au contenu principal

Maisons occupées dans un parcLes squatteurs de Pully ont mis les voiles

L’expulsion a été confirmée par le Tribunal d’arrondissement de l’Est vaudois. À l’arrivée de la police pour un contrôle, les occupants avaient déjà quitté les lieux.

En novembre dernier, «24 heures» avait rencontré les squatteurs, installés dans cette villa et son annexe depuis l’été.
En novembre dernier, «24 heures» avait rencontré les squatteurs, installés dans cette villa et son annexe depuis l’été.
Florian Cella

Ils parlaient «le langage du partage et des possibles» et voulaient «créer des modes de vie plus communautaires, plus résilients», selon un communiqué envoyé en novembre. Les squatteurs du chemin de Rennier, à Pully, n’ont pas été entendus par le Tribunal d’arrondissement de l’Est vaudois, qui a confirmé leur expulsion à fin décembre. À l’arrivée de la police pour un contrôle le 5 janvier, les squatteurs étaient déjà partis, explique Alexandre Bisenz, chargé de communication à la police cantonale.

Lieux sécurisés

«Le propriétaire a donc repris possession des lieux et des dispositions ont été prises afin d’empêcher un nouvel accès au site», ajoute le porte-parole. Au bénéfice d’un permis de démolir, la société lausannoise Dune Capital, propriétaire promoteur, a fait savoir au municipal en charge de l’Urbanisme, Nicolas Leuba, qu’elle entendait procéder rapidement à la démolition des maisons. «Afin d’éviter que ce genre de situation ne se reproduise, j’encourage les propriétaires qui ne souhaitent pas démolir immédiatement leurs bâtiments vides à passer des contrats de confiance avec des jeunes qui ont besoin momentanément d’un logement», souligne Nicolas Leuba.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.