Passer au contenu principal

Ligne Yverdon-Sainte-CroixLes trains ne s’arrêteront plus à Trois-Villes

Construite en même temps que la ligne à la fin du XIXe siècle au milieu de nulle part, la halte devrait être mise aux normes pour continuer d’être desservie. Trop cher, estime la société de transports Travys.

À l’origine, la halte de Trois-Villes servait de domicile au personnel de la ligne chargé de surveiller l’état d’une voie sur lesquelles des pierres étaient susceptibles de tomber.
À l’origine, la halte de Trois-Villes servait de domicile au personnel de la ligne chargé de surveiller l’état d’une voie sur lesquelles des pierres étaient susceptibles de tomber.
GILLES SIMOND

Les habitués de l’Yverdon-Ste-Croix (YSC) ne la remarquent même plus quand leur train passe devant, mais sa position insolite ne manque pas de susciter l’étonnement des voyageurs occasionnels. Accrochée au Jura, à 906 mètres d’altitude, encadrée par les sapins et les rails, la halte de Trois-Villes vivra, dès la fin du mois d’août et la reprise du trafic entre Baulmes et Sainte-Croix, ses dernières semaines de service. Le 12 décembre, à l’entrée en vigueur du nouvel horaire des transports publics, son nom n’apparaîtra plus comme une destination du chemin de fer régional. Le point final d’une histoire entamée en 1893, à l’inauguration de la ligne.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.