Passer au contenu principal

SantéLes travailleurs pas tous égaux face au Covid-19

Une étude pointe les différences de taux de surmortalité due au coronavirus selon les secteurs d’activité et les métiers.

En Californie, les cuisiniers, dont la profession est l’une de celles qui ne peuvent pas être exercées en télétravail, présentent le taux de surmortalité due au coronavirus le plus élevé.En Californie, les cuisiniers, dont la profession est l’une de celles qui ne peuvent pas être exercées en télétravail, présentent le taux de surmortalité due au coronavirus le plus élevé.
En Californie, les cuisiniers, dont la profession est l’une de celles qui ne peuvent pas être exercées en télétravail, présentent le taux de surmortalité due au coronavirus le plus élevé.En Californie, les cuisiniers, dont la profession est l’une de celles qui ne peuvent pas être exercées en télétravail, présentent le taux de surmortalité due au coronavirus le plus élevé.
GETTY IMAGES

Non, le travail, ce n’est pas toujours la santé. Cela peut même être franchement l’inverse. Accidents et maladies du travail tuent plus de 2,3 millions de personnes dans le monde chaque année, selon des chiffres (2017) de l’Organisation internationale du travail (OIT), basée à Genève.

L’actuelle pandémie de coronavirus représente une menace supplémentaire pour les travailleurs. Mais tous ne sont pas égaux face au Covid-19. C’est ce que révèle une récente étude étasunienne, qui pointe les différences de surmortalité due au virus selon les branches d’activité économiques et les emplois, notamment (lire aussi ci-contre). Réa­lisée par les chercheurs de différents départements de science et de médecine de l’Université de Californie à San Francisco, elle porte sur la population californienne en âge de travailler (âgée de 18 à 65 ans). En analysant les registres des décès du Département de la santé publique de la Californie depuis le 1er janvier 2016, les scientifiques évaluent que 10’047 personnes de plus sont mortes entre mars et octobre 2020 que lors des années précédentes de la période sous revue (quatre ans), lorsque le virus ne circulait pas encore, soit une surmortalité de 22%.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.