Passer au contenu principal

Avertissement de la policeLes vaccins font rebondir les «covidarnaques» à domicile

Des escrocs se font passer pour des fonctionnaires de l’État de Vaud qui prennent des rendez-vous. Tour d’horizon des astuces dont la liste s’allonge.

Le tweet du 2 février de la police cantonale vaudoise.
Le tweet du 2 février de la police cantonale vaudoise.

Tout est bon pour arnaquer les habitants fragilisés ou inquiets. La dernière trouvaille est inspirée par la vaccination. La police cantonale s’en est fait l’écho sur son compte Twitter: «LÉtat de Vaud n’envoie pas de collaborateurs à votre domicile pour prendre un rendez-vous en vue d’une vaccination contre la Covid-19.»

Des visites de faux fonctionnaires, dont le but est de s’introduire dans les logements afin d’y commettre des vols, se sont bel et bien produites, à deux reprises. «Nous essayons d’anticiper et d’avertir la population avant de nous retrouver avec un gros volume», relève Olivia Cutruzzolà, cheffe de la section prévention de la criminalité et relations avec les citoyens de la police cantonale. «Il y a sûrement eu des cas dans d’autres cantons, sans compter les victimes qui ne s’annoncent pas», ajoute-t-elle. Cette nouvelle arnaque s’ajoute à d’autres.

«Il y a sûrement eu des cas dans d’autres cantons, sans compter les victimes qui ne s’annoncent pas.»

Olivia Cutruzzolà, cheffe de la section prévention de la criminalité et relations avec les citoyens de la police cantonale

L’arnaque à la désinfection des habitations: de faux nettoyeurs se présentent comme des assainisseurs de logements contre le coronavirus. Une action qui vise surtout les personnes âgées dans le seul but de leur dérober des objets.

L’arnaque aux courses: visant les personnes testées positives ou en quarantaine. Profitant du fait que des collectivités publiques ont proposé de l’aide aux personnes à risque ou bloquées chez elles, des escrocs se sont fait remettre de l’argent destiné à des achats au supermarché. Une fois les billets en mains, ils partent et ne reviennent jamais.

L’arnaque à l’aide à domicile: inspirée, comme celle des courses, par les propositions des collectivités. Il s’agit là en réalité de pouvoir entrer dans le logement et se servir discrètement.

Arnaques téléphoniques: des appels prétendument officiels invitent de manière insistante à composer un numéro pour que la personne visée obtienne un test ou des masques. Parfois, l’interlocuteur est menaçant: «Si vous ne téléphonez pas, vous serez sanctionnés.» Le numéro indiqué est surfacturé mais la victime ne le sait évidemment pas.

Aussi sur le web

Ces escroqueries en «présentiel» s’ajoutent à l’inventivité sans limite sur le web, qui va des courriels à l’enseigne de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) ou de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dans le but d’obtenir des numéros de carte de crédit et des codes, aux sites qui proposent des faux vaccins ou garantissent une place prioritaire contre un paiement.

Cas en augmentation

Le contexte de la pandémie a inspiré de nouveaux scénarios d’arnaques dans une tendance déjà à la hausse. La police cantonale a enregistré 1200 annonces (pas forcément des plaintes) d’escroqueries, de type cité ou non, en 2017. Elles sont passées à 1800 en 2018, 2100 en 2019 et 2500 en 2020. Pour se prémunir, le mot d’ordre est «vérification», auprès de proches ou de la police. Et le site votrepolice.ch peut aider à se mettre à jour au sujet des nouvelles tendances dans le domaine très imaginatif des arnaques.