Passer au contenu principal

Lutte contre le Covid-19Les variants du virus n’échappent pas aux tests PCR

Le professeur Gilbert Greub démêle le vrai du faux quant à l’efficacité des tests malgré les mutations.

Le professeur Gilbert Greub, directeur de l’Institut de microbiologie du CHUV, explique comment fonctionnent les différents tests et pourquoi les variants du virus ne peuvent tromper les frottis nasopharyngés.
Le professeur Gilbert Greub, directeur de l’Institut de microbiologie du CHUV, explique comment fonctionnent les différents tests et pourquoi les variants du virus ne peuvent tromper les frottis nasopharyngés.
KEYSTONE

La détection, en fin dannée dernière, de deux variants visiblement plus contagieux du SARS-Cov-2, lun en provenance du Royaume-Uni (ci-dessous variant UK) et lautre dAfrique du Sud, soulève bon nombre dinterrogations. Récemment, une affirmation a commencé à circuler: le second mutant serait indétectable par les tests. Quen est-il vraiment? Éclaircissements avec le professeur Gilbert Greub, directeur de lInstitut de microbiologie du CHUV, à Lausanne.

Les variants du virus peuvent-ils tromper les tests?

Déjà, rappelons qu’il y a trois types de tests: PCR, antigéniques et sérologiques. La réponse n’est pas la même pour tous. Si l’on prend le variant UK, il a quatorze mutations et trois délétions (bout d’ARN manquant), c’est-à-dire 17 endroits où il a muté. Théoriquement, le risque qu’un test ne fonctionne plus existe.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.