Passer au contenu principal

Histoire d’ici – 1871Les Vaudois accueillent l’armée de Bourbaki à bras ouverts

Plus de 87’000 hommes demandent l’asile à la Suisse.

Une image sans doute bien idéalisée et enjolivée de l’arrivée des Bourbakis dans nos contrées. Mais l’essentiel est là: les soldats de toutes armes, dépenaillés et affamés, et la population qui leur porte secours. On remarque au centre un zouave, bol de soupe à la main, à qui un garçon semble apporter des chaussures. À côté de lui, un soldat de l’infanterie de ligne est ravitaillé par deux jeunes femmes. À l’arrière-plan à droite, on voit un soldat – blessé ou malade – accueilli dans la maison. À gauche, fusil à l’épaule et baïonnette au canon, un soldat suisse fait bonne garde.
Une image sans doute bien idéalisée et enjolivée de l’arrivée des Bourbakis dans nos contrées. Mais l’essentiel est là: les soldats de toutes armes, dépenaillés et affamés, et la population qui leur porte secours. On remarque au centre un zouave, bol de soupe à la main, à qui un garçon semble apporter des chaussures. À côté de lui, un soldat de l’infanterie de ligne est ravitaillé par deux jeunes femmes. À l’arrière-plan à droite, on voit un soldat – blessé ou malade – accueilli dans la maison. À gauche, fusil à l’épaule et baïonnette au canon, un soldat suisse fait bonne garde.
Musée National suisse

«Ils arrivaient dans un état pitoyable et pêle-mêle, zouaves, turcos (ndlr: tirailleurs algériens), cuirassiers, lanciers, soldats de ligne, gardes mobiles, etc., la plupart en sabots et les pieds meurtris. Exténués de fatigue et mourant de faim, ils imploraient la commisération publique, qui n’a pas fait défaut en cette occasion: dans chaque maison de grandes marmites procuraient la soupe qui était distribuée précipitamment aux malheureux fugitifs.»

C’est en ces termes que l’hebdomadaire «Feuille d’Avis de Sainte-Croix» du samedi 4 février 1871 décrit l’entrée en Suisse, en plein hiver jurassien, des soldats de l’armée de l’Est, que l’on surnommera «les Bourbakis», du nom de leur commandant, le général Charles Bourbaki (1816-1897).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.