Passer au contenu principal

Élections communalesLes Verts face à la délicate conquête de la Broye

Présents seulement à Moudon avec le PS, les Verts vaudois souhaitent proposer des listes indépendantes aussi à Payerne et à Avenches.

Payerne pourrait être la seule ville vaudoise à ne pas présenter une liste verte au Conseil communal, craint le président cantonal, Alberto Mocchi.
Payerne pourrait être la seule ville vaudoise à ne pas présenter une liste verte au Conseil communal, craint le président cantonal, Alberto Mocchi.
JEAN-PAUL GUINNARD

Comment transformer dans les urnes l’élan écologiste constaté depuis des mois aux quatre coins du canton de Vaud et du pays? C’est la question à laquelle tente de répondre le parti des Verts en vue des élections communales du 7 mars 2021. Samedi, plusieurs sections régionales organisaient des événements pour que l’action associative se transforme en investissement politique. Mais alors que les Verts restent très peu représentés dans la Broye, un seul stand était prévu à Moudon.

«J’étais engagé ici à Moudon et il m’était donc compliqué d’aller encore ailleurs. L’idée aurait été de mobiliser des gens du cru à Payerne ou à Avenches pour cette opération, ce qui n’a pas été possible. Mais il y a encore du temps jusqu’au dépôt des listes, et nous espérons bien réussir à en créer dans ces localités», explique Felix Stürner, municipal moudonnois, député et président de la section Broye-Vully. Au niveau communal, les quatre conseillers communaux Verts de Moudon siègent avec le groupe PS. Il en va de même à Avenches pour Fabien Aeby, tandis que le parti n’est pas représenté dans le bastion PLR payernois.

Niveau communal

«Pour poursuivre notre progression et la diffusion de nos idées, nous devons nous implanter au niveau communal, tout en veillant à ne pas déplumer nos collègues socialistes. Dans la Broye, les habitants ne sont pas moins concernés par les sujets environnementaux, il faut trouver deux ou trois leaders locaux pour tirer la liste et assurer un minimum de candidats», reprend Alberto Mocchi, président du parti vaudois, qui vient d’engager un coordinateur pour aider les sections locales. Les Verts annoncent ainsi déjà de futures listes indépendantes à Oron, à Grandson, à Bourg-en-Lavaux ou encore à Belmont-sur-Lausanne.

«Dans la Broye, les habitants ne sont pas moins concernés par les sujets environnementaux»

Alberto Mocchi, président des Verts vaudois

Même si la région broyarde vote historiquement peu vert, entre les cantonales 2017 et les fédérales 2019, la force du parti à Payerne est passée de 6,8 à 12,2% et à Avenches de 7,9 à 9,9%. À Moudon, elle restait supérieure à 18%. Autant dire que le parti pourrait aisément former des groupes dans les Législatifs des trois bourgs. C’est l’objectif affiché à Moudon, où il comptait au moins cinq élus entre 2006 et 2016.

Travail avec le PS

Dans la cité romaine, un cinquième groupe politique semble également se dessiner. Membres des Verts, mais siégeant avec le PS depuis 2006, Fabien Aeby se verrait bien être accompagné de colistiers dès 2021. «Plusieurs habitants sont sensibles à nos thématiques, et j’ai bon espoir de créer un noyau solide. Mais tout le challenge tient dans le recrutement actuel pour présenter une liste crédible», glisse l’ancien président du Conseil communal. Il serait dommageable de décrocher des sièges sans pouvoir les occuper. Ainsi, les deux partis travaillent en commun et le choix de faire une ou deux listes sera tranché en fin de campagne.

Reste le cas payernois. La seule ville du canton qui pourrait résister aux Verts, craint Alberto Mocchi. Siégeant en indépendante au sein du PSIP, qui vient de ravir la syndicature au PLR, Léa Bucher avoue une sensibilité plutôt verte. «Tout est réuni pour lancer une liste en 2021, mais cela ne se fera que si on arrive à mobiliser suffisamment de candidats. Pour l’instant, deux ou trois personnes se montrent intéressées, ce qui n’est pas assez», présente la jeune femme. L’arrivée d’un nouveau groupe dans le jeu politique pourrait remettre en cause la nette domination du PLR.