Passer au contenu principal

À l’arrêt pendant le semi-confinementLes Yéniches ont doublement subi le virus

Même Suisses, les gens du voyage ont été plus mal accueillis que jamais, pour offrir leurs services en porte-à-porte et pour trouver des aires où s’arrêter.

Une dizaine de familles yéniches ont pu s’installer à Lausanne gratuitement pendant la crise.
Une dizaine de familles yéniches ont pu s’installer à Lausanne gratuitement pendant la crise.
Vanessa Cardoso

«On a fait 300 demandes avant de trouver un endroit où s’installer.» En temps normal, Fabrice Birchler sait combien il est difficile de convaincre une commune d’accueillir un convoi de caravanes. À l’annonce du semi-confinement, en mars, les choses sont devenues plus compliquées que jamais. Membre de la communauté des gens du voyage suisses, les Yéniches, il a pu trouver une solution à Nyon dans un premier temps, avec sa femme et ses deux enfants. Puis il a dû partir pour Lausanne fin avril, où il occupe le parking de Bellerive avec une dizaine d’autres familles. «On peut rester jusqu’à mardi, mais on ne sait toujours pas où aller.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.