Passer au contenu principal

Deuxième vague de pandémieL’Espagne se demande pourquoi elle est si vulnérable

Les contagions avancent à un rythme de 12’000 nouveaux cas par jour et la nervosité gagne face à cette remontée vertigineuse du virus.

Quelque 100’000 enseignants espagnols ont dû se faire tester avant la rentrée scolaire, début septembre, occasionnant de longues files d’attente devant les centres de dépistage de Covid-19.
Quelque 100’000 enseignants espagnols ont dû se faire tester avant la rentrée scolaire, début septembre, occasionnant de longues files d’attente devant les centres de dépistage de Covid-19.
Keystone


«À part deux ou trois imbéciles, ici nous respectons les consignes. Nous gardons les distances et nous nous mettons du gel sans arrêt, alors je ne comprends pas pourquoi c’est pire qu’ailleurs!» Non loin de la sortie de métro, Dolores Luengo, retraitée, proteste. Masque réglementaire sur le nez, elle rentre du marché en tirant son chariot. Son quartier, Usera, au sud de Madrid, est l’un districts les plus affectés par la pandémie dans la capitale. Avec près de 1000 cas détectés pour 100’000 habitants dans les quatorze derniers jours, on y compte quatre fois plus de contagions que la moyenne nationale, déjà très élevée.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.