24 heures, l'actualité en direct: politique, sports, people, culture, économie, multimédia
La Une | Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 17:00

Peur de ne pas être à la hauteur? Le syndrome de l’imposteur a encore frappé

EmploiPour Fabienne Alfandari, les crises aiguës d’imposture, soit l'impression d'être beaucoup moins doué que ce qui est décrit sur son CV, se soignent. Alors pas de panique!

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle s’effondre dans mon bureau. «Mes anciens employeurs se sont trompés sur mon compte, en réalité je ne suis pas ce que je prétends être, je suis un imposteur !»

Non, il ne s’agit pas d’une vile tricheuse qui a été démasquée, ni d’un escroc en tailleur et escarpins qui a bien dupé son monde. La jeune femme qui me fait face, bardée de diplômes, polyglotte et reconnue dans ses compétences de leadership, vient de perdre son emploi suite à une restructuration. Alors, la voici qui s’en prend à elle-même et se sent responsable de sa situation perdue comme s’il s’agissait d’un échec personnel.

Un mal courant

Cette réaction ne m’est pas inconnue, je l’ai appelée le syndrome de l’imposteur et, si vous avez l’impression d’en être également atteint, rassurez-vous c’est assez courant.

Un client m’appelle, en panique. «Ils veulent m’engager chez XYZ (une entreprise prestigieuse). J’ai peur de ne pas être à la hauteur, dois-je leur dire que je ne suis pas vraiment celui qui est décrit sur mon CV ?» Le syndrome de l’imposteur a encore frappé.

Ce sentiment est souvent induit par un événement externe comme un licenciement, des tentatives de dénigrement ou de harcèlement, ou tout simplement par une surcharge de travail qui donne à un-e collaborateur-trice l’impression que ses efforts sont vains, qu’elle n’y arrivera jamais. Parfois signe avant-coureur du burn-out, ce syndrome se caractérise par un sentiment de vide abyssal dans lequel, comme par magie noire, la personne a l’impression que toute son expérience et ses compétences ont disparu, laissant la place à la conviction de ne pas être à la hauteur.

Tout se soigne

La bonne nouvelle c’est que cela se soigne ! En cas de crise aiguë d’imposture, mieux vaut tout d’abord se changer les idées en se lançant dans une activité propre à recharger ses batteries comme le sport ou une sortie entre amis.

Ensuite, «l’imposteur» devra se livrer à un travail personnel qui consiste à revisiter son expérience et à écrire les événements de son parcours qui sont à marquer d’une pierre blanche. «Un jour, j’ai conduit un projet avec succès, j’ai fait gagner de l’argent à mon entreprise, j’ai reçu une récompense, une distinction, j’ai résolu un problème, j’ai été félicité, j’ai gagné la confiance d’un client.»

A l’évocation de ses succès, la confiance disparue se met à remonter progressivement, les crises d’imposture s’espacent. Si d’aventure une nouvelle attaque se fait sentir, on aura tout avantage à considérer la médaille du revers: se sentir parfois inadapté-e montre que l’on est conscient de ses limites et nous engage à tout mettre en œuvre pour combler nos lacunes, pour nous améliorer. Cette attitude est certainement préférable à une auto-satisfaction arrogante que rien ne viendrait démentir.

Fabienne Alfandari a été attachée de presse et responsable d’un journal interne. Aujourd’hui, elle coache la carrière de particuliers et d’entreprises: management, performance, préparation à une reprise d’emploi ou même à la retraite. Son amour pour la littérature et le verbe en général la conduit par ailleurs à accompagner des projets d’écriture de fictions, d'essais ou de récits de vie.

Créé: 02.06.2014, 10h23

Articles en relation

Le congé maternité ne doit pas freiner la carrière

Congé maternité Notre chroniqueuse, coach professionnelle, distille ses conseils aux futurs mères qui travaillent. «Garde ta place au chaud!», c’est ce qu'elle a dit à sa propre fille au seuil de son congé de maternité. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.