24 heures, l'actualité en direct: politique, sports, people, culture, économie, multimédia
La Une | Samedi 14 décembre 2019 | Dernière mise à jour 14:30

La Coupe Davis aux Suisses, c’est la moindre des choses!

Coup de griffeRetour sur un exploit en partie facilité par des Français obnubilés, obsédés, hantés depuis septembre dernier par l’idée de décrocher le Graal du Graal.

La Suisse est au nirvana. Elle soulève la Coupe Davis pour la première fois de son histoire.

La Suisse est au nirvana. Elle soulève la Coupe Davis pour la première fois de son histoire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alors que les Rouges s’en allaient disputer quelques tournois majeurs pour se maintenir à flot, les Bleus repliés au camp de base se contentaient de nourrir des rêves orgasmiques de dixième Coupe, notamment illustrés par cette affiche ridicule où les mousquetaires posent la gueule grande ouverte. Un rugissement guerrier complété par ce titre sans ambiguïté: l’ultime combat.

Autant dire que pour nos chers voisins, c’était quasiment fait. Sondages à l’appui, tout était prétexte à servir du petit suisse à chaque repas, chacun y allant de son analyse pointue pour mieux le boulotter. Et puis dimanche dernier, voilà que tombait l’info qui décoiffe, justifiant pleinement ces actes de foi: Federer était contraint de déclarer forfait en finale des Masters de Londres pour cause de dos en capilotade.

Entre sanglots déchirants et larmes de crocodile

Tandis que cela sanglotait dans les chaumières helvétiques face à ce tragique coup du sort, la nation traumatisée n’ayant plus que la prière pour implorer le Dieu du tennis d’épargner la meilleure de ses brebis, les Tricolores se lamentaient en versant des larmes de crocodile. Déclarant urbi et orbi que sans le King ce ne serait pas pareil, sans pourtant cacher que dans le fond une victoire est une victoire. Et qu’on oublierait vite son échine douloureuse dans les statistiques.

Il n’y eut d’ailleurs pas besoin d’attendre longtemps, si on se réfère aux commentaires déments qui suivirent le succès de Monfils sur la légende diminuée en deuxième partie de programme le premier jour. La Monf’ en feu a atomisé, pulvérisé, émietté, terrassé assommé, dévasté, brûlé le mythe, pouvait-on lire un peu partout. Bien sûr on concédait ici et là qu'il n'était pas entièrement remis à neuf, mais bon, quoi. Le mérite de cette démolition en règle n’en revenait pas moins au stratosphérique Gaël.

Tsonga ayant auparavant pathétiquement plié devant Stan plus animal que jamais au cours du premier précédent, Monfils ce héros remettait donc les coucous suisses à l’heure frenchie. Car vu la déculottée du King, les Hexagonaux ne l’imaginaient pas se rhabiller illico presto (moi non plus je l'avoue), se pensant dès lors avec le double en poche. Et mieux évidemment ensuite si entente…

Toujours, experts varient

Mais funérailles, les choses basculaient soudain avec le résultat final que l’on sait, ce premier triomphe mondial helvétique devenant brutalement d’une évidence aveuglante pour tous ceux qui la veille pariaient carrément sur l’inverse. Souvent, sinon toujours, experts varient... Et c’est ainsi qu’on assistait à un retournement spectaculaire avec cette phrase: pourquoi gagner était mission impossible pour la France.

Certains spécialistes mettant subrepticement en doute le fait que Federer en ait eu «plein le dos» en le relevant avec amertume, la plupart s’acharnait à nous expliquer l’implacable logique de l’affaire. La marche était trop haute pour leurs poulains végétant au-delà du top 10, face aux numéros 2 et 4 mondiaux. Une sacrée découverte quand même au bout d’une soixantaine d’heures…

Côté helvétique, inutile de revenir sur la déferlante, le typhon, le tsunami de louanges. Une euphorie à la hauteur de l’exploit, me rétorquerez-vous. Certes. Sauf qu’il serait bien de relativiser dorénavant. Car si l’événement se révèle extraordinaire pour Stan The Man las de porter sa croix depuis dix ans pour des prunes, trop s’ébaubir risque de devenir un poil offensant pour le maestro. Voir le meilleur joueur, non seulement du monde mais de l’histoire du tennis, contribuer enfin à la conquête du fameux Saladier d'argent, c'est franchement la moindre des choses!

Créé: 25.11.2014, 10h36

Articles en relation

Du tennis, du ski et du foot pour une soupe suisse à la grimace!

Coup de griffe Les Helvètes devaient briller sur tous les fronts. Mais novembre sera rude pour les nerfs des fans qui risquent bien de terminer l’année le moral à zéro. Plus...

Suisses et Français inséparables frères ennemis sportifs

Coup de griffe Que ce soit en foot, en tennis, voire en ski, ils ont la fâcheuse tendance à ne se lâcher ni les crampons, ni les baskets, ni les spatules. Un vrai cauchemar pour les fans des deux côtés de la frontière. Plus...

US Open: Bencic et Monfils ou la course franco-suisse aux cocoricos

Coup de griffe L’étoile montante du tennis suisse est redescendue sur terre, tandis que le mutant de la raquette hexagonale rêve d’atteindre des sommets dans la fournaise de Flushing Meadows. Plus...

Rodgeur peut-il encore refaire du Federer à l’US Open?

Coup de griffe Depuis Wimbledon et ce huitième sacre envolé in extremis face à Djokovic, je piaffais. Surtout qu’après le triomphe des Allemands au Mondial, il n’y avait rien d’ enthousiasmant à se mettre sous la rétine. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.