24 heures, l'actualité en direct: politique, sports, people, culture, économie, multimédia
La Une | Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 17:34

Rodgeur peut-il encore refaire du Federer à l’US Open?

Coup de griffeDepuis Wimbledon et ce huitième sacre envolé in extremis face à Djokovic, je piaffais. Surtout qu’après le triomphe des Allemands au Mondial, il n’y avait rien d’ enthousiasmant à se mettre sous la rétine.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Certes, on peut éventuellement évoquer le Tour de France. Mais il n’a finalement véritablement immensément comblé que les Français, dans la mesure où deux des leurs se sont retrouvés sur le podium à l’arrivée. Les béotiens de la pédale auraient d’ailleurs pu croire que les Tricolores l’avaient gagnée au lieu de l’Italien Vincenzo Nibali, cette Grande Boucle, tant l’exploit du duo tricolore avait plongé les médias du cru dans l’extase.

J’avoue pourtant que j’ai du mal avec les cyclistes. Je fatigue rien qu’à imaginer les efforts surhumains qu’ils doivent consentir pendant trois épuisantes semaines. En touchant de surcroît des clopinettes en ce qui concerne la grande majorité de ces forçats de la route, doublés du coup de malheureux smicards.

Bref ce n’est pas ma tasse de thé, donc revenons-en à la petite balle jaune. Car je ne suis pas la seule à me ronger les ongles. Je ne compte plus les analyses pointues des spécialistes de la raquette qui se posent la même lancinante question qu’avant Wimbledon: Rodgeur a-t-il la possibilité d’ajouter un 18e titre majeur à sa prestigieuse moisson de records, lors de l’US Open fin août? Dernier Grand Chelem de la saison, il met un point d’orgue à la tournée nord-américaine qui a commencé lundi avec le Masters 1000 de Toronto, suivi par celui de Cincinnati la semaine prochaine.

Le forfait de Nadal fait s’enflammer la toile

L’affaire se révèle d’autant plus sérieuse que le pauvre Nadal, grand vainqueur des trois épreuves l’an passé a été forcé de renoncer aux deux premières pour cause de blessure au poignet droit à l’entraînement. Et en dépit des déclarations rassurantes de son oncle Toni, il n’est pas absolument certain de s’aligner à Flushing Meadow. Ce qui pourrait non seulement lui faire perdre 4000 points, mais permettre à la légende de reprendre quelque distance, espérant ainsi voir le pitbull ibère un rien édenté lui lâcher les baskets.

Et la toile de s’enflammer à cette idée. Avec d’un côté les sceptiques, sinon les détracteurs du Bâlois, persuadés qu’il a laissé passer sa dernière chance sur le Central londonien. Et de l’autre côté les fans, optimistes à tout crin, assurant que le mythe voit plus loin que les simples mortels et a un plan derrière la tête. Certes, on l’a enterré si souvent depuis 2008, qu’il est relativement légitime de penser à un éventuel énième retournement.

L’ennui c’est que Mc Enroe croit au phénomène helvétique après l’avoir regardé évoluer, selon lui, à son meilleur niveau chez Sa majesté The Queen. Sauf qu’à l’instar de Mats Wilander, le teigneux ex-numéro un américain change nettement plus souvent d’avis que de chemise, a alternativement les yeux de Chimène pour les deux principaux rivaux de Federer et se plante régulièrement dans ses pronostics.

Ceux qui veulent la peau du maestro

Mais surtout on oublie ceux qui veulent et peuvent lui faire la peau, au tennisman le plus adulé et sportif le plus rentable de la planète avec le golfeur Tiger Woods, d’après le magazine Forbes. Il y a Djokovic, l’impitoyable «saigneur» actuel des courts, le Vaudois Wawrinka qui, à six semaines de la Coupe Davis, a de surcroît fait alliance en double (immédiatement perdu) avec le Serbe, l’Ecossais Andy Murray, tombé au classement après les pires douze mois d’une carrière qu’Amélie Mauresmo s'efforce de relancer.

Sans compter une poignée de dangereux jeunots salivant à la jouissive perspective de battre le maestro, dont le Bulgare Grigor Dimitrov boosté par sa chérie la belle Maria Sharapova, ou le Canadien Milos Raonic, un vrai poison avec ses services canons.

On n’en est pas encore là. L’impératif pour notre gloire nationale est de continuer à bien figurer à Toronto, où les performances des cracks annoncent en général des lendemains qui chantent chez l’oncle Sam. Après sa brillante entrée en matière, le maestro semble tenir la forme. Mais le plus dur est à venir dans la mesure où il affrontait un tâcheron inconnu nommé Polansky, qui n’avait vraiment rien d’un vampire...

Edmée Cuttat, journaliste, a été rédactrice en chef adjointe de la Tribune de Genève pendant 15 ans, quotidien au sein duquel elle a aussi dirigé de nombreux magazines culturels. Fan de cinéma et également férue de sport, elle en aime plus particulièrement l’aspect psychologique et sociologique. Sorte de caricaturiste de la plume, elle parle de sport en grossissant le trait, à travers des coups de griffe qu’elle réserve aux stars notamment du football et du tennis.

Créé: 07.08.2014, 08h27

Articles en relation

Mondial: c'est au tour des Allemands d'essayer de plumer le coq tricolore!

Coup de griffe Les Suisses ayant rejoué gazon maudit, la vaillance du volatile hexagonal m’angoisse. Il devient urgent de le passer à la casserole pour éviter le tsunami médiatique. Pas seulement du siècle, mais de tous ceux à venir. Plus...

Roland-Garros: la bérézina pour les Suisses avant la déroute au Mondial?

Sport Alors que Wawrinka et Federer n'hésitaient pas à jouer les matamores de la raquette en affichant étourdiment leurs ambitions urbi et orbi, ils ont prématurément et piteusement mordu l’ocre Porte d’Auteuil. Plus...

JO de Sotchi: ces médailles qui rendent fous!

Coup de griffe Entre commentaires nationalistes et hurlements assourdissants à chaque exploit de leurs champions respectifs, les commentateurs et consultants sont tous bons pour l’asile. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.