Passer au contenu principal

JO de Sotchi: ces médailles qui rendent fous!

Entre commentaires nationalistes et hurlements assourdissants à chaque exploit de leurs champions respectifs, les commentateurs et consultants sont tous bons pour l’asile.

Notre chroniqueuse Edmée Cuttat ironise sur le nationalisme dont font preuve les journalistes sportifs à Sotchi.
Notre chroniqueuse Edmée Cuttat ironise sur le nationalisme dont font preuve les journalistes sportifs à Sotchi.
DR

Pour l’instant, l’as des JO reste une dame, la biathlonienne Bélarusse Darya Domracheva, triple championne olympique. Mais je ne vous raconte pas si on a eu chaud en ce mardi 18 février 2014, où les Français attendaient avec impatience l’épreuve masculine plusieurs fois reportée, et qui devait forcément sacrer le provisoire roi de Sotchi en la personne du phénoménal Martin Fourcade.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.