24 heures, l'actualité en direct: politique, sports, people, culture, économie, multimédia
La Une | Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 12:46

Oh My God, la fête à l'américaine

IMMERSIONNotre correspondante à Boston a testé pour vous une fête de départ aux Etats-Unis. Au menu, «Jelly Shots», «Mule de Moscou» et la fameuse «Coupe de Cheveux».

Les Jelly Shots pré-halloween.

Les Jelly Shots pré-halloween. Image: Flicker Creative Commons

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans l’intérêt de tous mes sept lecteurs et demi, j’ai pensé, en cette semaine pré-Halloween, qu’il serait bon d’établir un petit guide de la fête américaine.

Voici donc le résultat de mon analyse sociologique basée sur ma pseudo-vie-sociale (de jeune professionnelle qui termine tous les soirs à 22 heures et se réjouit excessivement de passer la soirée seule à manger du poulet rôti avec son chat après 22h30… voilà voilà). BREF. Let’s go.

1) Il est normal que votre hôtesse vous accueille en disant « Je suis obsédée par ton écharpe »

Exemple (véridique):

- HEYYYYYY CELIA OMGSOGOODTOSEEYOU! COME HERE! I LOVE YOUR FACE! I LOVE YOUR SCARF! WHERE IS IT FROM? - Euh… it’s a… present. - I AM OBSESSED WITH IT! COME! Let me introduce you to EVERYBODY!

Analyse: La coutume américaine veut que les femmes, surtout un peu ivres, se complimentent entre elles au sujet du premier truc qui leur plaît vaguement chez l’autre – Eternelle bienveillance féminine quand tu nous tiens.

Conseil d’amie : Si vous ne savez pas quoi dire, ouvrez grand les yeux et répondez en toute simplicité: « OH MY GOD I WOULD LITERALLY KILL FOR THIS NAIL POLISH!!».

2) Oubliez le vin et acceptez un Jelly Shot (avec le sourire)

Vous y êtes. En arrière plan, l’éternelle play-list Pandora Lorde/MGMT/Lana Del rey. Un bol de guacamole viré marron, les miettes de chips sur le canapé, les pupilles dilatées à la Budlight. Les anglaises rebondissent sur les dos nus et les sourires Crest 3D whitening patches se détachent dans le halo bon marché des lampes de chevet Ikea.

« Oh Hi there! », « Hello ! », « Nice to meet you ». Vous serrez les mains en cherchant des yeux l’Homme De Votre Vie (à qui vous avez possiblement oublié de donner l’adresse de la fête et qui a donc possiblement passé une heure sous la pluie à vous attendre dans une rue mal éclairée de Chinatown, mais vous êtes mariés donc tout va bien.) Quelqu’un au loin prend votre hôtesse à part et vous l’entendez lui dire : « Beer Pressure ? No, there is no beer pressure! »

DONC -> Que faites-vous en arrivant avec deux heures de retard à une fête où vous ne connaissez personne en dehors de votre mec qui sèche son jean avec un sèche-cheveux dans une pièce indéterminée ? That’s right : vous cherchez un verre. Vous ouvrez une semi-pièce réfrigérée grande comme votre cuisine lausannoise que les Américains appellent frigo. Un petit panneau scotché sur une étagère indique :

JELLO SHOTS ! BLUE : VODKA, RED : RUM ! ENJOY RESPONSIVELY!! (comprendre : Je ne nettoierai pas votre vomi)

Analyse: le jelly shot est, comme son nom l’indique, un shot de gelée souvent colorée qui rebondit comme la graisse du ventre pendant un jogging, dans laquelle a été solidifié l’alcool de votre choix. En deux mots, ça ne balance pas exactement du rêve, mais c’est plus léger qu’une fondue pour ingurgiter de l’alcool sous une forme non-liquide. Il faut lécher le fond du shot, c’est cracra, les ados adorent, les kidultes aussi.

Vous hésitez quand le colocataire de votre amie insiste sur le fait que c’est une expérience culturelle obligatoire. Vous gobez sans mâcher et vous vous dîtes que le Bordeaux c’est quand même autre chose. Mais toute suite après vous en prenez un autre, au nom de l’expérience culturelle.

Conseil d’amie: Evitez l’air dégouté de celle qui a lu un jour en attendant le bus que l’ingrédient principal du dit jelly shot est une gélatine à base d’os de porc.

3) S’il n’y a plus de glaçons, faites comme tout le monde : Paniquez

- Now… would you like a real drink?

Un bras sur la porte du frigo, le coloc de mon hôtesse (qui, elle, cuve quelque part), a décidément le sens de l’accueil (ou bien cherche à me soûler pour mener sur moi des expériences scientifiques dans la cave, après tout il est au MIT et je l’ai entendu dire à quelqu’un « I know it’s insane, it’s like problem solving your own CODE »).

- Sure, what else do you have ? - Vodka, rum, bier, cider ?… Or ginger bier. You can mix it with vodka and you get a « Moscow mule ».

Je me fais donc avec un enthousiasme que seul trois jello shots peuvent justifier une « mule de Moscou » – même si le nom « mule de Moscou » me donne en soi envie de me cacher sous la table. Une jeune femme naine glisse sur le parquet et personne n’ose l’aider à se relever de peur de ne pas avoir assez l’air politically correct. Elle se débat donc trente longues secondes seule dans une flaque de jus, mais le coloc de mon amie reste concentré:

- WAIT WAIT you need ice. - Do I ? Tremblement fébrile du coloc.

-Where is the ICE? OH GOD. DAN ! Dan, Do we still have ICE? - Oh no… -I need to go get Ice.

Analyse: Quand le reste du monde produit avec amour 20 petits cubes aux contours imparfaits, avec la fierté d’un savoir faire centenaire, dans un bac à glaçons offert par tonton Bruno, l’Américain, lui, qui achète des sacs de glace au 7 Eleven et qu’on se le dise : peu importe la musique, la mule de Moscou ou la « coupe de cheveux », une fête sans glaçons, c’est comme le retour de Sarkozy: un Fail.

4) En revanche, quand tout le monde vous dit « YOU NEED A HAIR CUT », ne paniquez pas (trop)

Je vois venir votre perplexité de l’autre côté de l’Atlantique. Comme moi, vous vous écriez avec grâce : « GNÉ ?? » – qui peut aussi être traduit par : « mais de quoi s’agit-il ? »

Oui. La coupe de cheveux, the hair cut is a real thing. Pour info : Si on vous propose « la chaise de dentiste », c’est la même arnaque – mais perso ça me stresse encore plus.

Une nana me demande de m’asseoir sur une chaise et next thing I know il y a dix personnes qui m’applaudissent, en cercle autour de moi. On attache une serviette en papier à mon col et on me demande de mettre la tête en arrière « you know, like when you’re getting a HAIR CUT ! For the shampoo ! » Grâce/A cause des jelly shots, ET de ma mulette de Moscou, je m’exécute. C’est là que je croise le regard de l’Homme De Ma Vie qui sort de la salle de bain et me dit « oh no » mais c’est trop tard, on est mariés (rire machiavélique).

Je m’étouffe presque quand la nana verse dans ma bouche ouverte, nuque en arrière, quelque gorgée d’un alcool à la menthe qui ressemble beaucoup trop à du bain de bouche. « DONT SWALLOW », un mec arrive derrière moi et verse une généreuse portion de sauce au chocolat Hershey’s. « CELIA GOT A HAIR CUT ! YAYYY» J’avale le tout, ça ressemble à un after-eight liquide.

- SO what do you say ?! - It’s both gross and delicious.

Conseil d’amie: Inclinez vous devant les applaudissements.

5) Comme à peu près partout, évitez de parler: du conflit israélo-palestinien, du système de santé... de politique

J’aperçois l’Homme De Ma Vie un cidre à la main en pleine conversation. Je m’approche en silence tel un léopard des neiges (mais qui aurait encore de la sauce au chocolat au coin des lèvres) et attends le bon moment pour l’interrompre.

« Wie geht’s mein Schatz? »

Conseil d’amie: Si votre bien aimé(e) est Allemand(e), parlez lui en allemand quand vous avez quelque chose à vous faire pardonner de sorte que, vu votre niveau déplorable, il soit obligé d’utiliser des mots à votre portée, soit uniquement des mots gentils.

- Hallo meine Liebe! I was just telling this gentleman how you broke your elbow and had to fly to Germany because you only had luggage insurance.

Silence post-traumatique.

C’est là que quelqu’un crie « WHO NEEDS A HAIR CUT ?» et que vous poussez sur la chaise l’Homme De Votre Vie, parce que… well… vous êtes mariés.


Célia Héron est journaliste au sein du groupe Tamedia (qui édite notamment 24 heures) et auteure à ses heures perdues. Après Paris, Rio de Janeiro et Lausanne, elle vit actuellement à Boston, aux Etats-Unis. Entre joies de l'expatriation et mal du pays, elle nous raconte ici ses (més)aventures.

Créé: 27.10.2014, 09h48

Articles en relation

Oh My God, never again aux USA sans assurance maladie

Notre chroniqueuse basée à Boston a dû affronter le calvaire des urgences après un méchant accident de vélo. Une expérience difficile avec un coude en mille morceaux... Plus...

Oh My God, faire du vélo

Cyclisme en ville Notre chroniqueuse basée à Boston s'est essayée au vélo. Une expérience mémorable à tous points de vue! Plus...

Oh My God, le Cool Running™

«On va courir?» Courir, c'est bien, le Cool Running™ à l'américaine, c'est encore mieux. Il paraît. Notre chroniqueuse basée à Boston, aux Etats-Unis, nous montre le chemin. Plus...

Oh my God, le Super Bowl!

intégration Notre nouvelle chroniqueuse Célia Héron, journaliste installée à Boston (Etats-Unis), où s'est joué le Super Bowl le week-end dernier, nous parle de l'événement de l'année. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.