24 heures, l'actualité en direct: politique, sports, people, culture, économie, multimédia
La Une | Mercredi 13 novembre 2019 | Dernière mise à jour 14:33

Devenir une sexologue de santé publique

Qui ne se pose pas des questions sur sa vie intime ? Comment trouver le chemin du désir ou du plaisir sexuel ? Qu’est-ce qui est considéré comme normal, déviant ou carrément pervers ? Mes activités de sexologue médiatique ne cessent de me faire découvrir l’extraordinaire diversité des goûts, des intérêts, des fantasmes et des pratiques secrètes de nos contemporains!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

J’ai passé le premier week-end de septembre à la manifestation «Le Livre sur les Quais» à Morges, où se sont pressées 40'000 personnes en 3 jours. Soit un défilé presque ininterrompu de lectrices et lecteurs qui ont acheté pas moins de 25'000 ouvrages aux 300 auteurs présents. Ce qui est un constat très encourageant pour celles et ceux qui aiment encore lire et écrire! Un grand merci aux organisateurs de cet évènement littéraire qui se tient dans un cadre magnifique au bord du Lac Léman et qui a bénéficié de délicieuses conditions estivales.

Nous évoluons dans un monde où la sexualité est partout

Le but de ce salon du livre en plein air est d’offrir la possibilité aux lecteurs de rencontrer leurs auteurs préférés et d’en découvrir de nouveaux. C’est aussi une fabuleuse opportunité pour les écrivains de rencontrer leur public. J’ai été stupéfaite par la quantité de femmes et d’hommes qui se sont arrêtés à ma hauteur pour me dire tout le bien qu’ils pensaient des rubriques sexologiques que j’écris pour le magazine Femina et d’autres journaux. Quel bonheur de se retrouver sous cette douche délicieuse de témoignages d’intérêt et de gratitude ! Au-delà du plaisir d’être félicitée et encouragée, cela m’a confortée dans la nécessité de poursuivre mon travail de médiatisation de la sexologie.

Nous évoluons dans un monde où la sexualité est partout. Utilisée pour vendre dans la publicité, pour attirer l’intérêt des clients par les médias, pour gagner de l’argent dans la florissante industrie pornographique. Savez-vous qu’il se produirait dans le monde un nouveau film X chaque minute ? Nous vivons dans une société soi-disant « libérée du cul » depuis 1968… Permettez-moi d’en douter quand je vois le nombre croissant de demandes de consultations que je ne cesse de recevoir à mon cabinet.

Il semble que la majorité des femmes soit plutôt frustrée ou contrariée

Vous ne pouvez imaginer le nombre de personnes qui ont profité de ma présence au «Livre sur les Quais» pour obtenir une consultation sexologique «sauvage et improvisée». Mon voisin de dédicaces, pasteur de métier, en était stupéfait! Il est pourtant autant habitué que moi aux confidences très intimes. Mais oser poser des questions aussi personnelles en public, sans se soucier du monde environnant ni des oreilles indiscrètes, témoigne bien du besoin brûlant de trouver des réponses et de se renseigner auprès d’une spécialiste, surtout lorsqu’elle vous tombe par hasard sous la main.

Nous avons toutes tendance à penser que l’herbe est plus verte ailleurs et que nos voisines s’éclatent dans leur plumard tous les soirs, alors que nous sommes soumises au régime vertueux de l’abstinence ou au sentiment d’être « mal baisée » … Même si les magazines féminins et les sondages sous la couette nous chantent les vertus d’une sexualité bien vécue et épanouie qui rend belles, heureuses et préserve notre ligne, il semble que la majorité des femmes soit plutôt frustrée ou contrariée. Seules 20% des suissesses déclarent dans le récent sondage effectué par la nouvelle marque de vibromasseurs Smile Makers, avoir un orgasme lors de chaque stimulation sexuelle… Bienheureuse le 1% de notre population qui se revendique « asexuelle » et connaît la paix des sens dès son plus jeune âge, ne se souciant jamais de savoir comment avoir du désir ou parvenir à jouir!

Les femmes préfèrent les hommes aux jouets vibrants

Et même si l’usage des vibromasseurs se démocratise de nos jours, puisque les jolis Smile Makers se vendent aujourd’hui en pharmacie, la plupart des femmes préfèrent avoir un homme en chair et en os dans leurs bras, que de se satisfaire avec un jouet sexuel en plastique ou en latex. Même si elles parviennent plus facilement au 7ème ciel avec un « sex-toy » qu’avec leur amoureux. J’ai si souvent constaté qu’elles préfèrent s’accuser d’être coincées ou frigides devant moi, plutôt que d’avouer l’inexpérience ou la maladresse de leur partenaire… C’était d’ailleurs fort amusant d’observer sur les quais de Morges la gêne de leur partenaire lorsqu’elles se confiaient à moi, alors que lui cherchait à se cacher et à rester invisible… Si vous saviez combien de couples font encore l’amour sans se parler, ni avant, ni pendant, ni après!

Une fois mes études de médecine terminées (il y a 30 ans déjà…), j’ai entrepris une formation post-graduée en santé publique, soucieuse de ne pas me consacrer uniquement aux patients qui osent se décider à consulter une sexologue en privé. Il m’a toujours semblé que mes confrères étaient avares de leur savoir et avaient de la peine à s’exprimer de façon compréhensible pour le commun des mortels. Nous pouvons être fiers de notre jargon médical, acquis au fil des années au prix d’importants efforts d’apprentissage, vocabulaire qui est très utile pour communiquer entre nous. Mais nous ne pouvons l’utiliser avec des gens qui ne sont pas des métiers de la santé.

Les nombreuses questions que les lectrices et lecteurs m’écrivent depuis des années témoignent du manque de connaissances et de la souffrance que peuvent occasionner la sexualité humaine. Bercés par les contes de fées depuis notre tendre enfance, nous pensons qu’il suffit de persévérer dans la recherche pour dénicher notre prince charmant, puis qu’il saura nous initier aux plaisirs charnels. Pour la plupart des femmes, l’amour aurait des pouvoirs magiques qui devraient solutionner tous les problèmes d’une vie de couple. Les histoires d’amour se terminant toujours par : « Ils se marièrent, ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants… ». La réalité dépasse cette fiction et n’est pas si simple à vivre au quotidien. Nous pouvons tous en faire la difficile expérience.

L'opportunité de lever un tabou

Un immense merci à toutes celles et ceux qui osent me poser des questions qui touchent à leur vie intime, offrant ainsi à toutes les autres l’opportunité de découvrir qu’elles ne sont pas les seules à rencontrer des difficultés et à s’interroger. Merci aux journalistes qui osent traiter de sexualité dans leur média et qui considèrent qu’il est important d’informer la population générale sur un sujet parfois encore tabou dans notre vie privée. C’est grâce à eux que j’ai pu écrire mon livre «Le Sexe et Vous: Réponses d’une Sexologue à vos Questions les plus intimes» publié aux Editions Favre en 2014, livre qui décrit par tranches de 10 ans, de l’enfance à la vieillesse, les difficultés sexuelles les plus fréquentes rencontrées par les femmes et les hommes au cours de leur existence. Ce livre est destiné autant au grand public qu’aux intervenants de la santé et du social qui sont confrontés dans leur pratique professionnelle aux questions de leurs clients autour de la sexualité. Présenté comme un manuel, de lecture facile, vous y trouverez réponses à toutes les questions qui sont facilement identifiables dans l’index ou la table des matières. Je souhaite que la lecture de ce livre vous aide à résoudre vos problèmes sexuels, à éveiller vos fantaisies érotiques et stimuler votre envie de faire l’amour en vous amusant, avec créativité, joie et humour. Car une sexualité épanouie est une véritable source de bien-être et un art de bien-vivre à tous les âges de la vie.

Le livre peut-être commandé sur le site des Editions Favre ou par mail: lausanne@editionsfavre.com

Docteur Juliette Buffat est psychiatre et psychothérapeute FMH, spécialisée en sexologie, gynécologie-obstétrique psychosomatique et en thérapie de couple. Cette médecin a toujours été préoccupée par la santé des femmes au sens large et 24 heures se réjouit qu'elle ait accepté de rejoindre récemment les chroniqueuses des Quotidiennes.

Créé: 12.09.2014, 18h12

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.