Passer au contenu principal

Chasse au plastiqueA Saïgon, ils produisent des pailles en manioc pour le marché suisse

Sur les traces de leurs racines indochinoises, deux entrepreneurs lémaniques produisent au Vietnam des alternatives au plastique. Rattrapés par la crise du Covid-19, ils mettent les masques.

Nhat Vuong (à gauche) et Axel Armellin, les cofondateurs de The Happy Turtle Straw sur une plage de l’archipel de Côn Dao, un refuge de tortues de mers au large du Vietnam, en décembre 2019
Nhat Vuong (à gauche) et Axel Armellin, les cofondateurs de The Happy Turtle Straw sur une plage de l’archipel de Côn Dao, un refuge de tortues de mers au large du Vietnam, en décembre 2019
DR

Cela a commencé l’an dernier comme un retour aux origines. Un vol vers ce Vietnam que les parents de Nhat Vuong ont fui à sa naissance, à la fin des années 70, et dont il parle la langue sans en faire partie. «J’suis né dans l’gris par accident mon cœur est resté là-bas, dans ce pays que j’connais pas», chantait Voulzy, à la même époque. Spécialiste du commerce sur internet, le rejeton de «boat people» qui s’était déjà illustré avec un projet de fourniture d’eau dans les camps de réfugiés, n’a pas longtemps chassé les fantômes du passé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.