Passer au contenu principal

Ouest lausannoisL’exil se mue en art à la Ferme des Tilleuls

Encadrés par le plasticien François Burland, des jeunes migrants ont créé les œuvres d’une expo prévue pour février à l’espace culturel de Renens.

L’artiste François Burland (3e depuis la gauche) crée une exposition avec des jeunes migrants pour la Ferme des Tilleuls, à Renens.
L’artiste François Burland (3e depuis la gauche) crée une exposition avec des jeunes migrants pour la Ferme des Tilleuls, à Renens.
Florian Cella

À Renens, la Ferme des Tilleuls n’a jamais voulu de l’étiquette poussiéreuse qui colle aux musées. Fidèle à ses principes, elle s’active comme espace de création tout au long de l’été. Dès la mi-août, elle accueillera en résidence Danielle Jacqui, figure de l’art dit singulier, qui commencera l’assemblage de son «Colossal d’art brut», une sculpture monumentale faite de 26 tonnes de céramiques peintes. En attendant, le lieu culturel a abrité un groupe d’artistes d’un genre un peu particulier afin qu’il façonne «in situ» l’une de ses prochaines expositions: «Géographies perdues», qui sera présentée du 4 février au 20 juin prochains.

Pendant deux semaines en juillet, une dizaine de jeunes migrants se sont mués en créateurs sous la conduite du plasticien François Burland, à la fois directeur artistique et initiateur de ce projet mêlant art et intégration. Il y a quelques jours, alors que cet atelier s’achevait, ils ont pu montrer les œuvres qui sont sorties de leurs mains: trois cartes géantes, véritables mosaïques de dessins qui racontent ces pays dont ils se sont échappés. «Au début, je leur ai demandé de penser à une merveille architecturale de chez eux, sur le modèle des sept merveilles du monde. Une idée absurde! rigole François Burland. Ils ne voyaient pas de quoi je parlais. Certains ne savent même pas par où ils sont passés sur le chemin de l’exil. Ils n’étaient pas là en touristes.»

Merveilles intérieures

Dans l’atelier de la Ferme des Tilleuls, Cambaï, 17 ans, montre le dessin qu’il a réalisé lui-même sur l’une des cartes. «C’est moi et mes parents au pied des manguiers en Guinée-Bissau. C’est un souvenir d’enfance, quand on cueillait les fruits avant de les mettre au frais dans l’eau.» Dessinée au feutre rouge sur du papier brun, sa merveille s’imbrique à celle des autres jeunes artistes, plus intérieure et sans doute plus touchante que les pyramides d’Égypte. Mais le résultat de ce travail créatif est aussi très au-delà du simple projet d’écolier. «Je leur donne une grammaire, mais c’est véritablement leur œuvre», sourit François Burland, satisfait de ses disciples.

L’atelier estival de la Ferme des Tilleuls s’inscrit dans une série de cinq ateliers qui ont eu lieu en divers lieux de Suisse romande depuis 2019 avec une soixantaine de participants au total. L’exposition promet ainsi un foisonnement d’œuvres qui comprendra également des photos, des vidéos et des capsules sonores réalisées avec la metteuse en scène Audrey Cavelius et l’artiste visuel Noé Cauderay. Elle inclura même une originalité proposée par les jeunes artistes: une petite épicerie artistique où seront vendues des sérigraphies créées à Renens cet été. Rue de Lausanne 52, Renens. fermedestilleuls.ch