Passer au contenu principal

Fiasco financier à RennazL’Hôpital Riviera Chablais ne mériterait pas une CEP

Le Gouvernement propose au Grand Conseil de renoncer à l’institution d’une Commission d’enquête parlementaire sur le fiasco financier de l’HRC.

La construction de l’Hôpital Riviera Chablais a été un processus de longue haleine, plaide le Conseil d’État.
La construction de l’Hôpital Riviera Chablais a été un processus de longue haleine, plaide le Conseil d’État.
Patrick Martin/A

Le Conseil d’État demande au Grand Conseil de lui faire confiance sur le dossier de l’Hôpital Riviera Chablais en proie à d’importantes difficultés financières. En mai dernier, la majorité bourgeoise (PLR, UDC, Vert’libéraux) avait demandé la constitution d’une commission d’enquête parlementaire (CEP) pour faire la lumière sur les raisons de la situation jugée catastrophique de l’établissement valdo-valaisan.

Comme le veut la procédure, le Conseil d’État doit rédiger ses déterminations sur cette requête. Son rapport a été publié ce jeudi. En résumé, il y argumente que les choses sont prises en main et qu’une CEP n’est pas nécessaire. Une telle commission aurait par ailleurs l’inconvénient de priver l’HRC de la sérénité dont il a besoin après les «turbulences rencontrées», plaide-t-il.

«Il n’y a eu à aucun moment de malversation et encore moins de volonté de détourner les derniers publics.»

Le Conseil d’État vaudois

Dans son communiqué, le gouvernement fait valoir qu’il a sollicité avec son homologue valaisan un audit financier ainsi qu’une enquête sur la gouvernance de l’HRC. Les conclusions de ces deux rapports révèlent une «situation particulièrement délicate» sur le plan financier et la nécessité d’«adaptations» en matière de gouvernance. Cependant, «il n’y a eu à aucun moment de malversation et encore moins de volonté de détourner les derniers publics», précise-t-il.

La balle au Grand Conseil

S’ils renoncent à une CEP, les élus seront néanmoins «associés de manière plus étroite» sur ce dossier, promet le Conseil d’État. Le Grand Conseil doit maintenant se prononcer. Par le passé, plusieurs projets de CEP ont été abandonnés, le dernier en date sur la Fondation de Beaulieu, dont l’examen a finalement été remis à la Commission de gestion.

4 commentaires
    Pierre Tzaut

    Il y a trop d'acteurs roses dans cette affaire. On se protège comme l'on peut. Si aucun détournement, on peut aussi taper sur les doigts et mettre en exergue la manière de gouverner un tel dossier!