Passer au contenu principal

Région lémaniqueLe cri de détresse des hôteliers de l’arc lémanique

Les nuitées ont baissé de 60% depuis janvier. Les liquidités ne suffisent plus. Le secteur, déjà en proie à des licenciements, demande aussi de sortir Vaud et Genève de la zone à risque Covid-19.

Terrassé par la crise liée à la pandémie de Covid-19, l’Hôtel Aulac, à Lausanne, fermera ses portes à la mi-octobre.
Terrassé par la crise liée à la pandémie de Covid-19, l’Hôtel Aulac, à Lausanne, fermera ses portes à la mi-octobre.
PATRICK MARTIN

Les hôteliers de l’arc lémanique sont au bord du gouffre, en dépit des assouplissements des mesures Covid-19 lancés en mai dernier. «L’occupation moyenne des hôtels est à un niveau dangereux, rendant le risque de fermetures toujours plus probable», explique Stefano Brunetti Imfeld, président d’Hôtellerie Lausannoise et directeur de l’Hôtel de la Paix à Lausanne. Ce taux d’occupation des hôtels s’est élevé entre 30% et 40% à Lausanne en juillet et en août, et à près de 45% sur la Riviera durant la même période. Mais ce taux chute à 15% ou 20% ce mois de septembre. Sombres perspectives.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.