Passer au contenu principal

CoronavirusL’hôtellerie suisse table sur une baisse de 40%

Les hôteliers espèrent qu’à partir de l’automne, les événements de grande ampleur comme les foires ou les congrès pourront gentiment reprendre et atténuer les effets de la crise du coronavirus.

Les destinations dépendant du tourisme étranger, comme Lucerne, accusent des pertes significatives cette année. Le tourisme intérieur compense en partie la défection des étrangers.
Les destinations dépendant du tourisme étranger, comme Lucerne, accusent des pertes significatives cette année. Le tourisme intérieur compense en partie la défection des étrangers.
KEYSTONE/URS FLUEELER

La diminution des nuitées fait craindre des pertes d’emploi dans le secteur de l’hôtellerie. Un assouplissement de la règle des 1000 personnes par manifestation serait de nature à aider la branche, indique le président de la faîtière, Andreas Züllig.

«Nous nous trouvons dans une situation de crise extraordinaire» a déclaré Andreas Züllig sur les ondes de la radio alémanique SRF samedi, comparant le contexte actuel à celui de la guerre. Pour des destinations très prisées des hôtes étrangers, comme Interlaken ou Lucerne, les pertes sont massives, a-t-il souligné.

Les hôtes suisses compensent en partie ces défections, notent toutefois avec satisfaction certains acteurs de la branche. Deux Helvètes sur trois privilégient habituellement les vacances à l’étranger. Les hôteliers espèrent néanmoins qu’à partir de l’automne, les événements de grande ampleur comme les foires ou les congrès pourront gentiment reprendre.

La prudence reste de mise dans les établissements hôteliers, qui souhaitent avant tout éviter un nouveau durcissement des mesures. Le président de la faîtière Hotelleriesuisse approuve la solution pragmatique du Conseil fédéral en ce qui concerne le port des masques.

L’imposer absolument à tout le personnel ne paraît pas adéquat selon lui: «Nous restons moins de 15 minutes près des tables et nous respectons les distances», relève-t-il.

ATS/NXP