Passer au contenu principal

Manif des «gilets jaunes» à ParisL’humoriste Jean-Marie Bigard a été malmené

Il espérait prendre la tête des manifestations marquant le retour des «gilets jaunes». Hué et insulté, il a dû prendre la fuite…

Fortement encadrées par la police, les manifestations n’ont pas connu de débordements graves.
Fortement encadrées par la police, les manifestations n’ont pas connu de débordements graves.
Getty Images

Jean-Marie Bigard l’aura appris à ses dépens: il n’est pas facile de se réclamer des «gilets jaunes» et de prétendre gagner une légitimité auprès des manifestants. Samedi matin, quand il arrive par surprise place de la Bourse, entouré de deux impressionnants gardes du corps et d’une nuée de journalistes, il essuie immédiatement une volée d’insultes et de huées de la part de la foule: «Bigard collabo», «Rentre chez toi», «Des excuses», «Tire-toi»… Pour celui qui a annoncé récemment son intention de se présenter à la présidentielle de 2022 et qui entend incarner le peuple, l’image était plutôt embarrassante.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.