Passer au contenu principal

Coronavirus et seniorsLibérer la parole des aînés après le semi-confinement

Le Mouvement des Aînés Vaud organise des groupes de parole pour évoquer la crise du Covid-19, le deuil d’autonomie ou encore la nouvelle «normalité» à venir.

Pendant trois mois au début de la crise du coronavirus, les seniors ont été priés de rester chez eux, souvent seuls. Certains ont développé un stress qui les a rendus malades.
Pendant trois mois au début de la crise du coronavirus, les seniors ont été priés de rester chez eux, souvent seuls. Certains ont développé un stress qui les a rendus malades.
Dom Smaz – A

Mettre des mots sur nos ressentis, c’est un premier pas pour aller mieux. C’est de ce constat qu’est parti le Mouvement des Aînés Vaud (MdA) pour mettre sur pied des groupes de parole, qui se dérouleront jusqu’à fin novembre dans les quatre coins du canton.

«Durant le confinement, certains de nos membres sont tombés malades à cause du stress»

Anne Schaer Tasic, secrétaire générale du MdA

«Nous avons pu observer durant le semi-confinement, par le biais de téléphones à nos membres, les difficultés qui se posaient pour eux, les répercussions sur le bien-être psychique de certains d’entre eux, explique Anne Schaer Tasic, secrétaire générale du MdA. Certains sont tombés malades à cause du stress.» Dès la reprise des activités du MdA en juin, force a été de constater que ces problèmes n’ont pas disparu. «Beaucoup n’ont pas osé revenir chez nous, le contexte étant trop angoissant malgré les précautions sanitaires.»

Deuil et solidarité

Dès lors, le MdA a souhaité libérer la parole autour de cette période anxiogène. Des infirmières à la retraite, spécialisées dans l’écoute et le deuil dans toutes ses formes, mèneront ces rendez-vous. «L’idée n’est pas de jouer les psychiatres, mais d’offrir une oreille attentive, bienveillante. Pour partager le sentiment de deuil – d’autonomie, de liberté, d’une vie «normale» – et la stigmatisation dont ont été victimes les seniors, mais aussi pour faire ressortir les aspects positifs que cette crise a mis en lumière, comme la solidarité entre les générations ou les ressources personnelles que chacun a pu mobiliser.»

«La sociabilisation, c’est aussi important qu’un cours de gym!»

Anne Schaer Tasic, secrétaire générale du MdA

Pour Anne Schaer Tasic, le semi-confinement a représenté pour certains aînés «la coupure de trop». L’isolement a eu des répercussions physiques, psychiques mais aussi sociales. «Après nos activités, il y a toujours le moment où les participants, qui se connaissent depuis longtemps et se voient régulièrement, vont boire le café ensemble. Cette sociabilisation est aussi importante que le cours de gym qui précède!»

Groupe de parole «Le Covid et après?» Lausanne (Riponne 5), lu 26 oct. 13h; Montreux-Clarens (Maison de Quartier Jaman 8, Clarens), je 12 nov. 14h; Morges (promenade Général-Guisan 6), ve 13 nov. 14h; Yverdon (restaurant de la Plage, grèves de Clendy 20), ve 20 nov. 14h. Inscription obligatoire au 021 320 12 61 ou secretariat@mda-vaud.ch, gratuit, chapeau à la sortie.

3 commentaires
    F. Dubied

    Et dire qu'on en est au début de la 2ème vague, bon courage à tous-tes. Les inconscients sont priés de devenir raisonnables.