Passer au contenu principal

FinancesL’idylle singulière d’Apples et de sa banque continue

La Raiffeisen du Mont-Tendre veut s’étendre dans les locaux de la Commune d’Apples. Elle financera les travaux intérieurs.

La banque Raiffeisen (façade blanche) sera agrandie pour occuper toute la partie droite du bâtiment (façade grise).
Raiffeisen Apples
La banque Raiffeisen (façade blanche) sera agrandie pour occuper toute la partie droite du bâtiment (façade grise).
Cédric Jotterand

De la danse à la finance, il n’y a qu’un pas, celui qui mène de l’ancienne grande salle du village d’Apples – là où se déroulaient bals et lotos – à la banque Raiffeisen du Mont-Tendre. En 2007, un partenariat original avait permis de doter le village d’une agence moderne, la Commune prenant en charge les travaux extérieurs, l’entreprise les aménagements intérieurs. Une solution qui semble avoir fait ses preuves et s’est imposée naturellement lorsque le petit immeuble voisin a été libéré par les locataires actuels, la banque y voyant une belle occasion de développer ses activités au cœur de son rayon d’action. Cela permettra au passage d’accueillir quelques emplois supplémentaires, ce qui est toujours bon à prendre pour des villages qui n’en comptent jamais trop.

Mais, pour avoir ce privilège, Apples doit sortir de sa poche 1 million de francs pour démolir et reconstruire l’enveloppe du bâtiment, la banque prenant à sa charge une nouvelle fois l’entier des transformations intérieures. Un choix qui a suscité quelques interrogations sur le bien-fondé de favoriser la création de surfaces commerciales plutôt que des appartements, dans une période où les certitudes concernant le lieu de travail sont remises en cause. Mais la Commission des finances a estimé que l’arrangement conclu avec son partenaire – un loyer de 48’000 francs par an – était fort intéressant, ce qui fut également l’avis presque unanime de l’organe délibérant. «À notre époque, une Commune doit sauter sur la moindre occasion de garder des postes de travail sur son territoire, au risque de développer des cités-dortoirs!» a notamment relevé l’un des élus les plus expérimentés.

Cette affaire désormais conclue, sous réserve du permis de construire, la suite de bâtiments va retrouver de l’allure à l’entrée du village, même si l’auberge attenante – en mains privées – demeure fermée depuis plusieurs mois, sans que la Municipalité n’ait pu donner d’information quant à son avenir.

Et si la Raiffeisen du Mont-Tendre va ainsi se développer, celle de Morges va bouger (de 20 mètres), puisque l’enseigne Morges-Venoge est la première à avoir signé un contrat de bail dans la future tour de l’Îlot Sud, à Morges, actuellement en chantier pile en face de la gare CFF.

«Aujourd’hui, un village doit sauter sur la moindre occasion de garder des postes de travail»

Un conseiller communal