Passer au contenu principal

L’invitéL’importance du ciblage des quarantaines Covid

François Méan revient sur les mesures à prendre pour éviter la multiplication des mises à l’isolement.

Partout dans le monde, les populations sont confrontées aux propriétés épidémiques du nouveau coronavirus: sa diffusion exponentielle asymptomatique, sa clinique avec ses traîtrises, paralysant les systèmes de soins, et son taux de mortalité.

Prise séparément, aucune mesure n’a été capable de contenir durablement le virus dans les pays démocratiques. Ni les tests ni l’arrivée des vaccins, ou celle d’un traitement prophylactiquequi devraient pourtant modifier la figure de la pandémie –, ne suffiront à vues humaines à résoudre la crise sans le concours des populations. Or, nous l’avons vu cet été, les bons réflexes se perdent rapidement. Assurément, la pédagogie auprès des citoyens demandera encore beaucoup de conviction et de force morale de la part des autorités.

«Les solutions se trouvent vraisemblablement dans les approches complémentaires, faisant appel à la responsabilisation individuelle»

Les enquêtes d’entourage n’échappent pas à la règle. Là où elles touchent à leurs propres limites, la prévention primaire doit reprendre ses droits, ainsi que la pédagogie. Les solutions se trouvent vraisemblablement dans les approches complémentaires, faisant appel à la responsabilisation individuelle, l’adoption spontanée des comportements préventifs appropriés dès la connaissance d’un cas positif dans son entourage: l’autoconfinement, la collaboration avec la Santé publique, voire une «autosurveillance déléguée» concernant la quarantaine de dix jours.

Notre canton bénéficie d’une longue tradition en matière d’épidémiologie d’intervention, qui s’est développée parallèlement à la loi sur les épidémies, écrite il y a déjà cinquante ans par des précurseurs visionnaires. Appréhender sans cesse la réalité et y répondre par les bons moyens sont les clés de l’efficacité.

L’enquête d’entourage est performante lorsqu’elle se concentre sur les contacts étroits et la recherche des sujets-contacts réellement exposés. Le facteur temps étant déterminant, un jour de perdu dans un isolement ou une quarantaine signifie un haut risque de cas secondaires. Quand les enquêtes prennent l’ascenseur, le moyen de rester efficace est effectivement de se centrer sur la qualité de l’anamnèse.

Écoute et compétences

Cette enquête est subtile, elle doit être attentive aux faits significatifs et exige une forme de professionnalisation. En présence de coinfectés, l’enquête peut déboucher sur d’autres espaces coalescents de contamination, sur un cluster (grappe de sujets exposés lors d’un événement que l’on sait être une circonstance de dissémination) et justifier une investigation d’une tout autre ampleur.

Dans l’application au plus près de la définition de qui est un contact, c’est la formation, l’écoute et les compétences relationnelles des équipes qui feront la différence et éviteront une multiplication disproportionnée des quarantaines.