Passer au contenu principal

Premier de la classeL’incroyable carton morgien des bons d’achat aux commerçants

La section locale de la Jeune Chambre internationale a amassé plus de 600’000 francs en trois mois, beaucoup plus que dans les autres régions du canton.

Gilles Rossier et Pascal Rocha da Silva – qui est aussi le délégué économique de la ville – ont réussi à récolter plus de 600’000 francs en faveur des commerçants du district grâce à leur action spontanée.
Gilles Rossier et Pascal Rocha da Silva – qui est aussi le délégué économique de la ville – ont réussi à récolter plus de 600’000 francs en faveur des commerçants du district grâce à leur action spontanée.
François Moesching/JDM

«Ce qu’on a réussi est juste inimaginable!» À l’heure du bilan, Gilles Rossier, l’instigateur de la démarche pour la Jeune Chambre internationale (JCI) de Morges, ne cache pas sa satisfaction. Il faut dire qu’avec plus de 600’000 francs récoltés, la plateforme de soutien aux commerçants du district est celle qui a réuni le plus de fonds parmi toutes les antennes locales de la JCI du pays (environ 2,5 millions au total). De quoi se permettre le luxe de devancer les Fribourgeois (515’000 francs), à l’origine du projet.

À titre de comparaison, Lavaux ou Lausanne atteignent tout juste les 25’000 francs, alors que le Jura ne dépasse pas les 200’000 francs et que Genève ou le Valais tournent autour des 150’000 francs. Autant dire que le district de Morges a fait preuve d’une solidarité sans égale. «Ce résultat prouve l’attachement de la population à sa région et à ses commerçants», estime Gilles Rossier.

Ce succès s’explique également par l’engagement de plusieurs Communes (Morges, Aubonne et Lavigny) ainsi que de la Société électrique des forces de l’Aubonne (SEFA), qui ont majoré de 20% le montant des commandes (soit pour le commerçant, soit pour le client), encourageant ainsi un peu plus le client à franchir le pas. «Ce soutien a sans doute servi de déclic, puisque chacun de ces partenaires a offert une belle visibilité à notre démarche», reprend celui qui est vigneron à Lavigny et qui ne s’attendait pas à un tel succès. «On pensait réunir 50’000 ou 100’000 francs, mais certainement pas autant. C’est génial, les gens ont joué le jeu en achetant local.»

Un travail de titan

Mais avec plus de 3300 commandes (90% de clients privés, 10% d’entreprises environ), Gilles Rossier et son équipe (Tara Kazanciyan, Loïc Zryd, Pascal Rocha da Silva, Daniela Ragni) n’ont pas chômé. «Ça a demandé beaucoup de boulot pour traiter les commandes tous les matins, envoyer les bons aux acheteurs et verser chaque semaine les sommes aux commerçants. On parle de quelque 220 heures, sous le sceau du bénévolat évidemment. Même si je n’avais jamais imaginé que ça demanderait autant de travail et que j’avoue être content aujourd’hui d’arriver au bout, je n’hésiterais pas une seule seconde à recommencer.»

«Si une personne sur deux conserve l’habitude d’aller voir le commerçant du coin, le pari sera gagné»

Gilles Rossier, instigateur de l’action de soutien aux commerçants du district de Morges

L’instigateur de la démarche espère désormais une chose: «Que cette crise ait permis aux gens de découvrir une boutique, un maraîcher ou encore un boucher et qu’ils conserveront cette bonne habitude à l’avenir. Si la moitié garde cette ligne, ce sera déjà bien!»

Quant à la plateforme, elle pourrait continuer à servir à l’avenir. «La Jeune Chambre internationale de Morges va se rapprocher des commerçants prochainement, avec une proposition pour la maintenir sous une autre forme. Nous devons donner une seconde vie à cette vitrine.»