Passer au contenu principal

Différend nucléaireL’Iran renforce la pression sur Joe Biden

Le régime, qui affirme avoir relancé l’enrichissement d’uranium à 20%, a arraisonné un pétrolier sud-coréen. Téhéran chercherait à pousser la prochaine administration américaine à négocier.

Le président Hassan Rohani, dont le mandat expire en juin, est pressé de faire lever les sanctions américaines sur l’Iran.
Le président Hassan Rohani, dont le mandat expire en juin, est pressé de faire lever les sanctions américaines sur l’Iran.
AFP

Coup de pression des radicaux iraniens ou simple coup de bluff? Le gouvernement a annoncé lundi avoir enclenché le processus destiné à produire de l’uranium enrichi à 20% dans l’usine souterraine de Fordow, au sud de Téhéran.

Jusqu’à présent, Téhéran enrichissait de l’uranium à un degré de pureté supérieur à la limite prévue par l’accord nucléaire de 2015 signé entre l’Iran et les grandes puissances (3,67%) mais ne dépassait pas le seuil de 4,5%. Il s’agit de la plus sérieuse entorse iranienne à cet accord. Elle succède à d’autres, en réponse à la sortie de cet arrangement par l’Administration Trump, qui, en 2018, adopta une politique de «pressions maximales» contre l’Iran. Mais alors que Joe Biden s’apprête à entrer à la Maison-Blanche le 20 janvier et entend renouer les fils de la diplomatie avec Téhéran, cette décision iranienne alimente les spéculations.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.