Passer au contenu principal

SuisseL’objectif pour la mobilité électrique est déjà atteint

Les véhicules électriques et hybrides représentaient fin février 15,1% des nouvelles immatriculations, soit l’objectif initialement défini pour 2022 par la feuille de route nationale. Simonetta Sommaruga propose d’accélérer encore la transition.

La feuille de route signée fin 2018 doit aider la Suisse à atteindre l’objectif de neutralité climatique à l’horizon 2050, notamment grâce aux voitures électriques.
La feuille de route signée fin 2018 doit aider la Suisse à atteindre l’objectif de neutralité climatique à l’horizon 2050, notamment grâce aux voitures électriques.
Keystone/Georgios Kefalas

Fin février, la part de véhicules purement électriques et hybrides dans les nouvelles immatriculations atteignait déjà 15,1%, objectif initialement défini pour 2022 par la feuille de route nationale signée fin 2018. Conseillère fédérale en charge des transports, Simonetta Sommaruga a proposé jeudi à divers représentants des secteurs économiques concernés d’accélérer encore la transition.

«La mobilité électrique joue un rôle central dans la décarbonisation du trafic et son expansion doit rapidement s’accélérer en Suisse», écrit jeudi le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) dans un communiqué. Cheffe du DETEC, Simonetta Sommaruga, propose d’inscrire trois nouveaux objectifs dans la feuille de route.

Premièrement, la part de véhicules purement électriques et rechargeables dans les nouvelles immatriculations doit, selon elle, encore augmenter. «Cela nécessite toutefois (…) des prestations attrayantes et intéressantes financièrement parlant» à l’achat d’un véhicule rechargeable, note le DETEC.

Augmenter le nombre de bornes

Ensuite, Simonetta Sommaruga souhaite voir le nombre de bornes de recharge publiques augmenter «plus rapidement», alors que la Suisse en compte actuellement environ 5300. Et enfin, le DETEC propose d’accélérer la mise en place de bornes de recharge sur les places de parc devant les maisons ou dans les parkings souterrains des immeubles.

Les acteurs de la feuille de route réunis par la conseillère fédérale jeudi – représentants des secteurs de l’automobile, de l’électricité, de l’immobilier et des exploitants de flottes de véhicules ainsi que des cantons, des villes et des communes – doivent consolider ces trois objectifs et définir des mesures concrètes dans les prochains mois, selon le communiqué.

Pour mémoire, la feuille de route signée fin 2018 a été élaborée par une cinquantaine d’associations des secteurs concernés main dans la main avec des représentants des pouvoirs publics. Elle doit aider la Suisse à atteindre l’objectif de neutralité climatique à l’horizon 2050.

ATS

17 commentaires
    BOTANIc

    En l'état un véhicule électrique est "politiquement correct" pour les déplacements urbains voire interurbains.

    Très pratique aussi si on peut avoir la station de recharge dans son garage ou son box, avec toute la panoplie de connections bluetooth, wifi etc etc....rien à redire...

    Mais il y a encore trop de contraintes.

    L'accès voire l'existence même de bornes de recharge dans un immeuble locatif ou un parking commun peut se révéler problématique.

    Un plein d'essence est fait en quelques minutes, sans avoir à faire la queue.

    Recharger une voiture électrique peut prendre d'avantage de temps, à commencer par trouver une station de charge de libre notamment en voyage, l'adaptabilité entre la station et son véhicule et le temps consacré pour atteindre la pleine charge.

    Sans parler du prix des voitures électriques actuelles dont tout le monde n'a pas forcément moyens ou envie d'y investir.

    Rendez-vous dans 5 ans espérons-le pour du mieux...