Passer au contenu principal

ThéâtreL’Orangerie essuiera une «Tempête»

La scène du parc de La Grange dirigée par Andrea Novicov s’apprête à ouvrir comme chaque été.

L’Orangerie et la charmante terrasse de sa buvette TO.
DR
L’Orangerie et la charmante terrasse de sa buvette TO.

Voici revenu le temps où l’ancienne orangerie du domaine de La Grange se transforme en théâtre d’été: le TO. Une tradition dont le serviteur actuel est Andrea Novicov. Ouverture des feux ce jeudi 2 juillet avec un concert à 21h de Selva Nuda, qui chante en italien, en français et en anglais, accompagnée par une guitare minimaliste. Des concerts, il y en aura les samedis et dimanches matin (pas tous) en plein air sur la terrasse du théâtre. Six soirs aussi, du 2 juillet au 29 août.

Côté théâtre, on ne va pas s’ennuyer non plus, avec pour commencer un spectacle jeune public qui a commencé le 1er juillet à 11h et qui se donnera douze autres fois, toujours à la même heure. «Le Pinceau magique» de Deirdre Foster (conteuse) et Joëlle Gagliardini (illustratrice) emmène les spectateurs dans un pays où une fillette a le pouvoir de repeindre son environnement grâce à un pinceau au fort pouvoir écologique. Quatre autres spectacles pour les cadets sont attendus jusqu’au 23 août.

Shakespeare change de peau

Les plus grands attendront le 9 juillet pour entrer dans l’Orangerie à la faveur d’une «Tempête» évidemment shakespearienne, qui éclatera du 9 au 14, mais aussi du 25 au 30 juillet. La metteure en scène Sandra Amodio est aux commandes de cette création avec la scénographe Anna Popek et la costumière Sarah Landragin, deux collaboratrices indispensables, quand on sait que ce spectacle «propose un jeu subtil de costumes-corps, où les comédien·ne·s changent de peau en revêtant le corps des différents personnages», annoncent les artistes. Tout cela dans «une mangrove asséchée, qui peu à peu refleurit». Une lecture très visuelle de la pièce du grand Will et très actuelle dans ses allusions à la nature tyrannisée par l’homme, qui finit par reprendre ses droits.

On reste parmi les beautés de ce monde avec «Le Voyage des oiseaux», une création de Marc Philippin, inspirée de «La Conférence des oiseaux», de Farid al-Din Attar (1140-1229), poète mystique et parfumeur persan. Un spectacle matinal et recommandé au jeune public, donné à 11h dans le théâtre à huit reprises du 11 au 23 juillet. Avignon «Off» aurait dû applaudir la performeuse Mélina, non pas Mercouri mais Martin, dans son spectacle solo «Opa», autour du personnage d’Hélène de Troie. Elle ira en 2021, mais cet été, elle est à l’Orangerie du 16 au 22 juillet. Une coproduction avec la très docte Association gréco-suisse Jean-Gabriel Eynard.

On reviendra en temps utile sur les huit autres productions à l’affiche de l’Orangerie, portées par les noms de Pierre Mifsud, Andrea Novicov ou Claude-Inga Barbey, parmi bien d’autres. Tout le programme est sur theatreorangerie.ch Tél. 022 700 93 63.