Passer au contenu principal

Classique ambulantL’OSR replace sa musique dans une roulotte

L’orchestre a fait l’acquisition d’un véhicule circassien avec lequel il sillonnera les routes de Suisse romande.

Les notes de Rossini réduites pour un quintette à vent ont inauguré la roulotte de l’OSR.
Les notes de Rossini réduites pour un quintette à vent ont inauguré la roulotte de l’OSR.
OSR/HAROLD CUNNINGHAM

C’est un long silence musical, une disette de prestations live qu’une poignée de musiciens de l’Orchestre de la Suisse romande (OSR) ont rompu de la manière la plus improbable qui soit, mercredi après-midi. Pour visualiser les faits, il faut imaginer un cadre topographique inusuel pour les circonstances. À savoir une arrière-cour sans âme placée au milieu de dizaines de grands dépôts, de halles imposantes et de sièges d’entreprises disparates sis au cœur même de la zone industrielle de Meyrin. C’est ici, dans un cadre que rien n’associe à la musique classique, que cinq membres de l’OSR ont donné un microconcert – au menu, une réduction de l’«Ouverture» du «Barbier de Séville» – confortablement assis dans une roulotte de cirque transformée en scène boisée.

Avec les notes de Rossini, c’est à la fois une petite page d’histoire et une grande trouvaille qui prennent forme dans les annales de l’institution. Car l’inauguration du véhicule concrétise la volonté de l’OSR de sortir de ses salles parfois intimidantes pour rencontrer un public nouveau. «On a conçu un objet de promotion d’un genre inédit, note le directeur général de l’orchestre, Steve Roger. Bien avant l’apparition du Covid-19, nous avions eu l’idée de faire l’acquisition d’un véhicule pour sensibiliser tout le monde à la nécessité de bâtir à Genève une Cité de la musique.»

Deux mois de travaux

Née d’une intuition de la flûtiste Sarah Rumer, l’opération roulotte a pris forme avec le concours de plusieurs musiciens. Le violoncelliste Jakob Clasen a trouvé ce qu’il fallait: un quatre-roues propriété du Cirque Pajazzo déposé à Corcelles-près-Payerne. L’altiste Elçim Özdemir et le tromboniste Vincent Métrailler se sont joints aux collègues pour proposer au conseil de fondation de l’OSR l’achat du véhicule et le financement des travaux de transformation. En deux mois environ, et pour 30’000 francs, la mue a été portée à terme.

«C’est un outil de promotion d’un genre inédit»

Steve Roger, directeur général de l’OSR

Avec ses couleurs criardes – du jaune et du violet – qui renvoient aux visuels de la saison 2020-2021 et ses 24 mètres carrés de scène, la roulotte est prête à sillonner la Suisse romande. «Nous sommes en train d’élaborer le calendrier et de déterminer les lieux où nous allons passer cet été», ajoute Steve Roger. Mais pour l’heure, pandémie oblige, il n’est pas encore question de divulguer ces informations. L’interdiction de rassemblement pousse l’OSR à orienter ses concerts ambulants vers les EMS, les établissements publics pour l’intégration (EPI) ou accueillant des personnes handicapées (EPH). Un orchestre réduit à l’essence, donc, mais pour une mission noble.