Passer au contenu principal

Automobilisme à SpaLucas Légeret tournera avec Patrick Dempsey


Âgé de 19 ans, le pilote de Blonay fera, samedi en Belgique, ses grands débuts dans le Championnat du monde d’endurance dans l’écurie de l’acteur de «Grey’s Anatomy».

Le pilote de Blonay, Lucas Légeret, tentera d’obtenir un volant pour les 24 Heures du Mans.
Le pilote de Blonay, Lucas Légeret, tentera d’obtenir un volant pour les 24 Heures du Mans.
Chantal Dervey

Confieriez-vous sans sourciller les clés de votre voiture à un conducteur de 19 ans? Patrick Dempsey n’a pour sa part pas hésité. Passionné d’automobilisme, l’acteur de «Grey’s Anatomy» et de «La vérité sur l’affaire Harry Québert» a accordé sa confiance à Lucas Légeret, un jeune talent de Blonay. Ainsi, le pilote vaudois conduira samedi une Porsche 911 de l’écurie Dempsey-Proton Racing aux 6 Heures de Spa. Il partagera le baquet avec Ricardo Sánchez et Vuttikorn Inthraphuvasak. «Mes coéquipiers n’ont pas beaucoup d’expérience, mais si l’on ne commet pas d’erreurs, on peut très bien s’en sortir», estime Lucas Légeret.

Lucas Légeret pilotera la Porsche 911 RSR, Dempsey-Proton Racing,  No 88.
Lucas Légeret pilotera la Porsche 911 RSR, Dempsey-Proton Racing, No 88.
Porsche/Juergen Tap

Il s’agira de sa première course dans une manche des Championnats du monde d’endurance (WEC). Il sera aligné dans la catégorie GTE-AM. Une catégorie dans laquelle l’équipe Dempsey-Proton Racing s’était illustrée en 2018 en remportant les 24 Heures du Mans. Et si tout se passe bien Lucas Légeret pourrait obtenir un volant pour l’épreuve reine qui se court dans la Sarthe.

Jusque-là, ce talent du sport automobile a brillé en LMP3. Il a signé cette année un contrat en GT World Challenge Europe, avec l’écurie AKKA ASP, où il conduisait une Mercedes. Mais la pandémie est passée par là et a chamboulé ses plans.

Il y a deux semaines, Lucas Légeret a appris qu’il serait aligné avec l’équipe Dempsey-Proton Racing, sans jamais avoir fait le moindre test avec cette voiture. «Heureusement, je connais bien le circuit de Spa, car pour le reste il faudra s’adapter rapidement, raconte le pilote. Mercredi, on procédait au moulage du siège. Jeudi, place au premier briefing avec track walk (ndlr: reconnaissance du circuit à pied), puis trente minutes de pilotage lors des premiers essais. Vendredi, trente minutes puis quinze minutes au volant. Et samedi, c’est la course.»

La transition entre sa Mercedes munie d’ABS et la Porsche qui n’en a pas, va quelque peu changer la façon de conduire du Vaudois. «Je m’adapte assez rapidement aux situations, constate le jeune homme de 194 cm pour 66 kg. J’atteins vite le niveau moyen des pilotes et je trouve tout de suite les bons réglages à apporter à la voiture.»

«Sur la Mercedes, un phare fendu passe directement à la poubelle. Et ça coûte 5000 euros pièce»

Lucas Légeret, à propos des dégâts à la charge du pilote

Un atout pour lui. Samedi, le but sera de conduire proprement, c’est-à-dire sans commettre d’erreurs. D’autant plus que le moindre choc peut coûter beaucoup de temps et d’argent. Avec la Mercedes qu’il conduit habituellement, la franchise – à la charge du pilote – se monte à 30’000 euros. Sur la Porsche, on parle de 50’000 euros. «Sur la Mercedes, un phare fendu passe directement à la poubelle, déplore le Vaudois. Et ça coûte 5000 euros pièce.» Autant dire que la facture peut vite être salée. Pas simple quand on a 19 ans.

En début de saison, Lucas Légeret a piloté la Mercedes-AMG GT3 de l’écurie AKKA ASP en GT World Challenge Europe - Endurance Cup, à Imola.
En début de saison, Lucas Légeret a piloté la Mercedes-AMG GT3 de l’écurie AKKA ASP en GT World Challenge Europe - Endurance Cup, à Imola.
Tim Upietz, Gruppe C

Un âge où la plupart des jeunes gens passent leur permis. Habitué à conduire des bolides à 460’000 euros, comme la Mercedes du team AKKA, Lucas Légeret a lui aussi dû passer par la case Service des automobiles. Même s’il maîtrise des véhicules qui vont à plus de 280 km/h. «J’ai pris cinq ou six heures de cours d’auto-école pour ne pas tomber dans les pièges au moment de l’examen.»

«J’ai failli être recalé à cause du parcage latéral qui n’était pas parfait»

Lucas Légeret, pilote automobile, qui a passé son permis de conduire

Toutefois, Lucas Légeret a dû repasser son examen, car les pneus de la voiture du moniteur étaient lisses… «J’ai donc dû reprendre rendez-vous et, là, j’ai failli être recalé à cause du parcage latéral qui n’était pas parfait.»

Des conseils aux amis

Permis en poche, il donne des cours de conduite à ses amis. Il leur prodigue des conseils, leur apprend les freinages d’urgence. «Il ne faut pas être progressif, mais y aller franchement, d’un coup», explique-t-il. Et surtout il les sensibilise aux dangers en leur disant qu’il ne faut surtout pas outrepasser ses capacités.

Des conseils qu’il mettra en pratique avec sa nouvelle équipe, samedi, mais sans Patrick Dempsey, qui sera hélas absent.