Passer au contenu principal

Pas de trophée pour les VaudoisLucerne en voulait plus que le LUC

Les Lausannois ont laissé échapper la Supercoupe pour la deuxième année de suite.

Le smash de l’Américain Blake Leeson n’a pas changé le cours de l’histoire pour le LUC.
Le smash de l’Américain Blake Leeson n’a pas changé le cours de l’histoire pour le LUC.
Keystone

Gonflé à bloc par un recrutement ambitieux en attaque, le LUC ne s’attendait pas à pareille déconfiture. Balayés trois sets à zéro, les hommes de Max Giaccardi n’ont jamais réussi à redresser la tête, si ce n’est en toute fin de rencontre. À 23-23, ils ont cru apercevoir le bout du tunnel, mais Anes Perezic veillait au grain. L’oppo helvétique de Volley Lucerne a aussitôt claqué deux ballons qui ont scellé le sort de la partie et renvoyé du même coup les universitaires à leurs études.

Ce ne sera pas de trop, car ces derniers ont péché dans tous les domaines, à commencer par l’agressivité. On les a sentis «tout mous» du début à la fin de la partie. «Quand nous nous sommes rendu compte que Lucerne en voulait plus que nous, il était déjà trop tard», dira Max Giaccardi après la rencontre.

«On s’est fait marcher dessus»

Adrien Prével, joueur français du LUC

Dominés en attaque (46% de réussite contre 64% à Lucerne), les Lausannois n’ont que rarement trouvé la voie à suivre, à l’image de l’Italien Federico Rossatti, plus faible ratio (30%) du match. Visiblement, le nouvel ailier (poste 4) du LUC a tout à apprendre du championnat de Suisse.

Adrien Prével s’est dit déçu et énervé de la tournure des événements. «On s’est fait marcher dessus, a admis le Français. J’ai moi-même attendu trop longtemps avant de faire le foufou. Je fais confiance à Max pour remuer tout ça et en tirer les leçons qui s’imposent. Cela dit, bravo à Lucerne, qui a fait tout juste du début à la fin du match.»

La Supercoupe 2020 est lucernoise.
La Supercoupe 2020 est lucernoise.
Keystone

Samedi prochain, les joueurs du LUC entameront le championnat en terre saint-galloise, face au TSV Jona. On en saura ainsi un peu plus sur leur capacité à se remettre en question. Il ne faudrait toutefois pas que le doute continue de s’insinuer dans deux secteurs clés: la passe et la réception.