Passer au contenu principal

AutorouteLutry demande au canton de revoir sa position sur l’A9

L’OFROU et le canton de Vaud ont annoncé qu’ils renonçaient à tout projet majeur pour désengorger l’autoroute entre Lausanne et Vevey. Une décision jugée «inacceptable» par la commune.

La commune de Lutry demande au canton de Vaud de revoir ses conclusions sur l'autoroute A9 (archives).
La commune de Lutry demande au canton de Vaud de revoir ses conclusions sur l'autoroute A9 (archives).
KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

La municipalité de Lutry juge «inacceptable» la décision de l’OFROU et du canton de Vaud de renoncer à tout projet majeur pour désengorger l’autoroute A9 entre Lausanne et Vevey. La commune demande une reprise des études.

L’Office fédéral des routes (OFROU) et le canton de Vaud ont annoncé mi-septembre qu’aucune solution satisfaisante et à un coût raisonnable n’avait été trouvée pour soulager ce tronçon de l’A9. La construction d’un tunnel ou l’élargissement des voies ont notamment été écartés en raison de la topographie des lieux.

Ces décisions «méprisent la santé de la population et sacrifient les communes riveraines, Lutry en particulier», écrit mardi la municipalité dans un communiqué. Elle critique également le canton quand il dit miser sur le rail pour désengorger l’A9. «Le choix strictement ferroviaire est une illusion», juge l’exécutif lutrien.

La commune demande au Conseil d’Etat de «se mobiliser» pour mieux défendre la région. Elle exige la reprise des études, et notamment de mieux considérer une variante enterrée. Celle-ci permettrait la création d’un nouveau tunnel de sept kilomètres entre Belmont et Chexbres.

«Ce projet remplit tous les critères en matière de faisabilité, de protection des personnes, de préservation du paysage de Lavaux et de fluidité du trafic», estime la municipalité de Lutry.

ATS/NXP