Passer au contenu principal

Offre d’été pour les enfantsLutry mobilise ses sociétés pour lancer un centre aéré

Des activités sportives et artistiques seront proposées durant la semaine qui précède la rentrée.

Image d’illustration.
Image d’illustration.
KEYSTONE

Les enfants de Lutry auront de quoi se défouler jusquau bout de lété. Du 17 au 21 août, la Commune organise pour la première fois un centre aéré avec le concours dune douzaine de sociétés locales. Une offre sportive et artistique à l’intention des enfants de 1 à 15 ans. Les programmes, différenciés selon les âges, prévoient des activités à la demi-journée et des propositions parents-enfants pour les plus petits. Les participants de plus de 7 ans passeront par exemple dune sortie à la rame avec le bateau de sauvetage à un atelier webradio, puis à une initiation à l’athlétisme et à la construction d’une pompe solaire. Ils seront encadrés par des adultes. Les plus jeunes et leurs parents pourront, quant à eux, sessayer à la construction de cabanes, à la création de parcours dobstacles et aux jeux dadresse sous l’œil de psychomotriciennes.

«Cest un projet pilote mis sur pied avec notre nouveau délégué à la jeunesse. Nous essayons durant une semaine et, si tout se passe bien, nous pourrons développer le concept lan prochain, indique la municipale Claire Glauser. Il nous semblait important de faire quelque chose pour les enfants de Lutry, puisque les écoliers nont pas pu bénéficier de la médiation normalement organisée dans le cadre du festival La Folle Semaine à cause de la crise sanitaire. Les camps de la colonie de vacances étaient aussi menacés, mais ils ont finalement lieu.»

«Nous essayons durant une semaine et, si tout se passe bien, nous pourrons développer le concept l’an prochain»

Claire Glauser, municipale à Lutry

Le centre aéré peut accueillir 85 enfants, sachant quà partir de 7 ans il est impératif de sinscrire pour la semaine entière. Le tarif est de 50 francs par jour, soit 250 francs pour lentier du programme. «La Commune assumera les frais qui ne sont pas couverts par les inscriptions, notamment pour payer les moniteurs. Le budget définitif nest donc pas arrêté, sachant quil y a aussi du bénévolat au sein des sociétés locales», explique Claire Glauser.