Passer au contenu principal

Portrait d’Anne-Françoise DecollognyMadame 30 km/h combat en douceur

L’ex-élue socialiste lausannoise a marqué en dix ans la politique de sa ville en luttant contre le bruit. Une étape parmi d’autres.

Anne-Françoise Decollogny, ancienne vice-présidente du PS Lausanne, dans la place de jeu de son quartier.
Anne-Françoise Decollogny, ancienne vice-présidente du PS Lausanne, dans la place de jeu de son quartier.
Florian Cella

Elle est de ces personnes qui sont le visage d’une lutte. À Lausanne, Anne-Françoise Decollogny, c’est Madame 30 km/h. Ou Madame Antibruit. De 2010 à l’été dernier, au PS et au Conseil communal, elle s’est battue sans relâche pour apaiser son quartier, dans lequel elle a formé le collectif Vinet-Beaulieu. C’est le bruit des voitures et des motos, ainsi qu’une perspective d’augmentation du trafic sous ses fenêtres, qui l’ont plongée dans ce qui allait devenir sa grande bataille victorieuse. Et un point essentiel du programme de son parti.

Benoît Gaillard, à l’époque secrétaire général du parti, l’accueille en 2010. «Anne est vraiment quelqu’un qui a fait le choix du PS, autant sur le fond que sur la méthode. Elle est hyper politisée, hyper attentive. Peu de gens entrent en étant aussi entiers dans leur engagement. Ça a été un cadeau. Et son retrait de la politique active a été, lui aussi, clair et entier.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.